• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 7 janvier 2010

Le pape des escargots …..

Posté par lapecnaude le 7 janvier 2010

untitledpapedesescargots1.bmpAu hasard de mes étagères, parmi les livres entassés, mon regard est irrésistiblement attiré par cette histoire truculente, celle du « restant de la colère de dieu ». J’aime les conteurs, les récits tellement imagés de la vie d’autrefois, celles du temps de ceux que je n’ai jamais connu, mes grands-parents et arrières grands-parents.

Lui, c’est « La Gazette », nul ne se souvient de son nom, un chemineau qui va et vient en tous sens dans cette Bourgogne colorée, s’arrêtant ici et là pour donner des nouvelles en échange d’une pitance et d’un coin de paille. Il parcourt le massif morvandiau qui fleure bon les hauts vintages , Pouilly, Côtes de Beaune,Pommard, Meursault, il marche en invoquant ses ancêtres druides, mélange allègrement psaumes chrétien (qu’il a un peu corrigé, ce libertaire) avec les prédications celtes, les légendes avec l’histoire dans un savoureux langage du terroir.

Avec « le vicaire des lapins de garenne », « le chapelain des renards », « le chanoine des blaireaux » soit « le pape des escargots », c’est toute une philosophie qui s’annonce. Le suivre tentant d’éduquer son fils spirituel à la recherche d’une vérité, la sienne, nous fait revivre 10 siècles de l’histoire des Celtes (il n’est pas loin d’Alésia), des guildes, des fratries, des hanses, puis du compagnonnage de Maître Jacques et MaÎtre Basile, l’un tailleur de pierres, l’autre charpentier, d’un cathédrale à une autre.

Les méchants sont là aussi, sous les traits de « mécènes » des artistes, sorte d’escrocs qui parcourent les campagnes à la recherche de quoi satisfaire leur clientèle désabusée et ignorante du « beau savoir ». Le portrait est peu flatteur « haut comme une panouille de maïs », ils vont tenter d’exploiter son jeune prodige, vous ai-je dit qu’il était un sculpteur-inné ? La Gazette est confiant, n’a-t-il pas des siècles d’expérience, ayant été à tu et à toi avec les plus grands du Moyen-Âge ?

D’escargots, il en parle peu, de la Vouivre, çà oui, cette légende de femme terrassant des serpents lui sert de fil conducteur, comme si elle était enfouie sous la terre des vallons et des monts qu’il parcourt depuis des siècles en toute intimité. Ecolo avant l’heure, il regrette que l’autoroute coupe l’Ouche, la faisant passer dans du ciment, privant ainsi une partie des terres basses de son eau dit-il.Une grande promenade pittoresque à la rencontre des grands monuments des 12° et 13° siècles, Semur, Autun, Anzy le Duc, ces miracles de sculptures sur pierre, fruits du labeur et de la connaissance d’hommes simples comme « Bourguignon-le-Bien-Pensant ».

Qui n’a pas connu dans son pays un homme comme « La Gazette » ?  Le mien était surnommé « Bigophone », il allait sur sa mobylette, un cageot plein de coquillages  vendre sur le porte-bagage. Il était « pécheur à pied », commerçait avec les restaurateurs de la ville et s’en revenant s’arrêtait dans chaque bistrot où il avait connaissance. Il avait beaucoup de relations. Tout le monde craignait qu’il rate le virage du restaurant, sur la route qui mène à l’ile, et puis un jour c’est arrivé, on l’a retrouvé dans le canal… C’est çà la vie.

Pour tout dire, j’ai relu ce livre avec plaisir, m’évadant ainsi des « condoléances attristées pour la France » (manière de sauter sur le pauvre défunt et faire oublier les conneries en cours), sans oublier qu’on a encore eu droit … enfin mieux vaut pas le regarder. 

Publié dans Non classé | 1 Commentaire »

 

Justina Angebury |
Réservation 2010 - Furet / ... |
sac à mots |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | to be or not to be
| le blog du Dr. Drake
| doc Dilo