• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 7 février 2010

NE BESSON PAS NOS PANTALONS ! …

Posté par lapecnaude le 7 février 2010

mesnilaccueil.jpgEn préambule, je voudrais vous citer une partie de la lettre ouverte d’un internaute publiée dans rue 89 le 26 janvier dernier sous le titre « Monsieur le Président, laissez-nous respirer ».

- »C’est l’impôt qui fait de nous des français. Ce qui fait que l’on est français, pas italien, allemand ou ougandais, c’est quelque chose de peu éclatant, sans lustre et qui n’offre pas de motif de gloire.

L’appartenance à la nation, depuis toujours est déterminée, j’en suis désolé tant c’est formel, par l’impôt. C’est l’impôt le premier des devoirs envers un Etat particulier et c’est lui qui ouvre l’accès aux droits. On pourra me répondre que non, c’est le respect des lois mais celui-ci n’attache pas à un pays mais est un devoir pour tous, même ceux dans lesquels nous sommes des étrangers.

L’identité nationale n’est rien d’autre que la possession d’une carte et le paiement de l’impôt (sous condition de revenu, évidemment ; qui me contredirait en citant ceux qui ne peuvent payer l’impôt ne mériterait pas même un soupir exaspéré) et vous le savez.

Je vous demande donc, en mon nom et au nom de tous ceux qui se rallieront à cette lettre, de mettre fin à ce débat absurde qui n’a d’autre objet que de parler de façon détournée de l’immigration, qui n’a rien apporté de bon et ne fait qu’augmenter le mal-être des populations française d’origine étrangères.

Ce débat salit la France.

Parallèlement aux vomissures de ce débat, il est autre chose qui nous empuantit encore plus l’âme et le coeur.

Connaissez-vous cette petite commune de Seine et Marne, dans le Canton de Dannemartin en Goele, arrondissement de Meaux, 984 hectares, 875 habitants, une densité de 98 habitants au km2 seulement, résidents domiciliés bien-sûr, parce que les autres, tous les autres, ne sont là qu’en transit et pas par hasard. Cette charmante commune déjà amputée au sud-ouest de ses terres par l’aéroport de Roissy, abrite à l’ombre de son église du XVI° siècle de nouvelles constructions hybrides les C R A.

Le Mesnil Amelot ainsi nommé au XVIII° siècle selon le bon vouloir d’une grande famille bourgeoise  était la paroisse du Mesnil Madame Rance ou Mesnil France et possédait le privilège d’une borne fleurdelisée.

Le second grand homme de Meaux n’a pas l’odeur de sainteté toute relative du premier, mais …. c’est le député Jean-François COPE. Dès lors, plus rien ne peut nous étonner, mais risque de nous révolter.

A la suite d’un incendie, le CRA du Mesnil devait être rebâti. Un permis de construire a été très régulièrement délivré par les services de l’urbanisme  concernant un ensemble d’hébergement de 120 personnes (chaque CRA a une limite en capacité d’accueil de 140 personnes – art R 553-3 du CESEDA).

Force est de constater que sous la haute direction des services de Monsieur Besson, on installe un véritable camp d’internement en ces lieux.

Il s’agit de DEUX corps de bâtiment reliés entre eux par une passerelle surplombant une portion de route coupée au bout par laquelle on entre et sort de la structure. Un chemin de ronde UNIQUE entoure toute cette parcelle bâtie.

Il n’y a pas de rails de chemin de fer sur cette route.

Sur chaque bâtiment, une salle de vidéo-surveillance, au sol une série de sas grillagés permettent d’orienter les visiteurs vers diverses destinations (médical, cimade, rétention etc …)

Pourtant les documents du permis de construire n’évoquent que la construction d’UNE entité d’hébergement, UNE entité de services et administration et une zone écran végétalisée entre la zone rétention et la zone gendarme.

Tous les documents officiels démontrent l’existence d’UN seul centre – soit 120 places. Serait-ce comme dans les prisons ? On entasse au mépris des droits des hommes ? ou alors … par quelle bizarrerie administrative les plans se sont soudainement dupliqués et que personne n’en ai rien rien vu ? Rien compris ?

Outre les faits tels qu’incivilités, incarcération d’enfants scolarisés, non respect des règles de demandes de dossiers d’hébergement etc …. vous fallait-il encore frauder de telle façon pour cacher ce forfait ? Pour cacher la gabegie que nous coûte toutes ces reconduites par voie aérienne ? Sur quel budget sont-ils affectés ? Quand pourront-nous en voir les décomptes, puisqu’il s’agit de notre bien ?

Ce n’est qu’un simple exemple des libertés prises avec les règles et les règlements, faites des lois, Messieurs, vous serez les premiers à les frauder, c’est certain.

Publié dans Politique | Pas de Commentaire »

 

Justina Angebury |
Réservation 2010 - Furet / ... |
sac à mots |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | to be or not to be
| le blog du Dr. Drake
| doc Dilo