• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 15 février 2010

COMMENT DEFENDRE NOS RETRAITES ? 3ème partie

Posté par lapecnaude le 15 février 2010

imagescaht8gi8.jpg          Les options gouvernementales et patronales

6.- Le système des <> adopté par la Suède est-il une solution pour nos retraites ?

…/… Pourquoi le gouvernement aurait-il demandé au COR un rapport spécifique sur la possibilité d’un remplacement de notre régime par annuités par un régime par points ou compte notionnels comme en Suède ?

Le plus probable est que le gouvernement ne veut pas faire de vagues avant les élections de mars et qu’il attend que le congrès de la CFDT soit terminé pour laisser les mains libres à François Chérèque  ( ? )

Le rapport annuel du COR paraîtra après les régionales et on peut compter sur le gouvernement et le Medef pour en faire la lecture la plus noire possible afin, si les salariés lui laissent les mains libres, de faire voter (comme d’habitude pour les retraites) une loi en plein mois de juillet.

…/…Pour retrouver l’équilibre, le COR renvoie donc les décideurs aux << 3 leviers >> traditionnels :

Le niveau des ressources        -        le niveau des pensions    et      l’âge moyen effectif de départ en retraite

Et, sur le choix de ces leviers, le COR n’est guère optimiste puisqu’il estime à 15 % la nouvelle baisse du niveau des retraites qui découlerait du choix d’un tel système.

…/… Aujourd’hui, les salariés ne sont sûrs que du montant – à moyen et à long terme – de leurs cotisations.Le montant de leur retraite dépendra de l’évolution du PIB et de l’espérance de vie au moment de leur départ en retraite. Le gouvernement n’a plus aucune responsabilité politique à prendre, c’est le système mis en place en 1998 qui a, une fois pour toute, décidé de la part de richesse nationale qui sera attribuée aux retraites.

Avec la crise, le PIB a diminué de 4,4 % en 2009, le montant des retraites diminuera donc de 4,4 % en 2010. Si l’espérance de vie (mesurée par les mêmes tables de mortalité que celles des assurances privées) augmente, le montant des retraites baissera, sans que, là encore, le gouvernement ait la moindre responsabilité politique à prendre, sans le moindre débat public …/… Avec ce système, tout repère collectif disparaît …/… (Ndlr. Évidemment si le virus H1N1 était passé par là ….)

Dans le système suédois comme dans la retraite à points, si chère au Medef, c’est l’intégralité de la carrière qui est prise en compte pour le calcul des retraites …/… les périodes de maternité, de chômage, de maladie ou d’invalidité n’ont pas vocation à être prises en compte. Au total, le taux de remplacement du salaire par la retraite ne peut que baisser …/…

7.- La droite et le gouvernement ont-ils abandonné l’idée de nous imposer des fonds de pension ?

Non, le Medef rappelle constamment la nécessité de <> la retraite par répartition au moyen de retraites par capitalisation, c’est à dire des fonds de pension, qu’ils soient ou non <<à la française>>  …/…

L’épargne-retraite est profondément risquée : c’est accepter de jouer sa retraite en bourse, car les fonds collectés sont placés en bourse et bien souvent en actions puisque, selon les <> qui ont tout intérêt à favoriser ce type de placement, leur rendement serait meilleur que celui des obligations et des emprunts d’Etat  …/…Laisser un champ de plusieurs centaines de milliards à un salaire indirect mutualisé leur est totalement insupportable  …/…

8.- Le fonds de réserve est-il une solution pour nos retraites ?

Crée par Lionel Jospin en 1999, le fonds de réserve des retraites devait avoir une vie de 40 ans avec une première phase d’accumulation des fonds, de 2000 à 2020, et une deuxième phase d’utilisation des fonds, de 2020 à 2040.

La première phase devait permettre d’accumuler 1 000 milliards de francs ( 150 milliards d’euros) dont l’essentiel serait venu de la Caisse nationale d’Assurances vieillesse, de ceux du fonds de solidarité vieillesse et des revenus financiers de ces fonds.

…/… Au total, le Fonds de réserve n’a permis d’accumuler que 28 milliards d’euros. S’il avait été alimenté comme le souhaitait Lionel Jospin, ce fonds n’aurait, de toute façon pas permis de répondre au besoin de financement de nos retraites …/… C’est pourquoi ce fonds avait toujours été présenté comme un simple <> permettant d’étaler l’augmentation des cotisations de retraites dans le temps en cas d’augmentation soudaine du nombre des retraités.

Il reste 10 ans pour alimenter ce fonds …/…Les placements en bourse pourront, sans doute, permettre d’accumuler quelques milliards mais ces gains se transformeront inéluctablement en lourdes pertes lors de la prochaine crise financière …/…          (à suivre)

Publié dans Social | Pas de Commentaire »

RETRAITES – Le gouvernement cherche les râclures !

Posté par lapecnaude le 15 février 2010

Brève :     Parue dans << le Canard enchaîné >> du 10 février dernier :

Histoire d’économiser 70 millions d’euros, le gouvernement mijote actuellement, selon Le Parisien (6/2), un arrêté qui réduirait de 30 % les maigres droits à la retraite accumulés par les apprentis pendant leur période de formation en entreprise.

Une mesquinerie, qui reviendrait à pénaliser des jeunes avant même qu’ils aient un boulot réel, augure bien de la grande réforme des retraites en préparation !

Publié dans Social | Pas de Commentaire »

COMMENT DEFENDRE VOS RETRAITES ? 2eme partie

Posté par lapecnaude le 15 février 2010

imagescazpu6fy.jpg          Il est évident que pour les jeunes générations le sujet des retraites peut être ardu, on pense qu’on aura toujours le temps d’y penser. Mais nous sommes arrivés à un moment de notre histoire, où la mauvaise gouvernance, la mauvaise gestion financière mondiale, l’appétit carnassier et prévaricateur des nantis de notre société nous poussent à nous défendre. Nous sommes nés pour mourir, c’est la loi de la nature, mais pas pour souffrir au bénéfice d’un petit nombre d’entre nous. La meilleure défense étant l’attaque a-t-on dit, commençons par comprendre et attaquons.

4.- L’allongement de la durée des cotisations permet-il de maintenir le montant des pensions ?

NON. Le Medef et le gouvernement mentent délibérément. Ils nous disent : << Soit l'augmentation de la durée de cotisation, soit la baisse du niveau des pensions >>.

Les déclarations multiples sur les médias, ce jour, de Sarkosy et de Parisot en témoignent.

En fait, les salariés ont récolté l’une et l’autre depuis 1993 …/… avec une durée de 40 ans de cotisation, les 2/3 des salariés du secteur privé qui prennent leur retraite ne sont plus au travail. Ils sont soit au chômage, soit en maladie, soit en invalidité …/… Avec un passage à 41 ans, ce sont plus des 3/4 des salariés qui se retrouveraient dans cette situation au moment de leur départ en retraite …/…

Quand au Medef, il n’est pas à une contradiction près, il exige l’allongement à 45 ans de la durée de cotisation au moment même où les entreprises ne permettent aux jeunes d’accèder à un travail à temps plein que vers 25-30 ans (dans le meilleur des cas) et où elles licencient à tour de bras le salariés de plus de 55 ans (voire 50 ans).

Dans ces conditions, allonger la durée de cotisation revient à augmenter la période de chômage, de maladie ou d’invalidité et donc à diminuer le montant des retraites …/… Décider, dans ces conditions, qu’il faut 40 annuités de cotisation pour bénéficier d’une retraite à taux plein, c’est vouloir obliger les salariés à sauter à la perche sans perche …/…

5.- Le maintien au travail des plus de 60 ans est il une réponse au problème de nos retraites ?

Le Plan d’emploi national des seniors 2006-2010 qui s’inscrit dans la droite ligne de la stratégie de Lisbonne adoptée par l’Union Européenne, s’est fixé comme objectif prioritaire de parvenir à un taux d’emploi des 55-64 ans de 50 % en 2010.

Cet objectif est inacceptable pour au moins 3 raisons.

D’abord parce qu’il est insupportable de forcer les salariés de plus de 60 ans à rester au travail. Il ne faut pas confondre les hauts fonctionnaires, les professions libérales, les dirigeants d’entreprises, les universitaires qui ont la chance d’avoir un travail créatif et l’immense majorité des salariés pour qui le travail est avant tout fastidieux, pénible et, avec le durcissement continuel des conditions de travail, de plus en plus néfaste à leur santé.

…/… Il ne faut pourtant pas être grand clerc pour comprendre que si l’on oblige des centaines de milliers de salariés de plus de 60 ans à continuer de travailler, ce sont des centaines de milliers de jeunes qui ne trouveront pas de travail. La persistance du chômage de masse exclut, à lui seul, la possibilité de cette solution.

Enfin, parce que l’avenir qui est promis aux salariés âgés est tout, sauf pavé de roses.

Non seulement, les conditions de travail se détériorent, la souffrance au travail se développent, atteignant plus cruellement les salariés les âgés. Mais, en plus, pour inciter le patronat à embaucher des <>, la droite à mis en place des <>, des CDD de 18 mois renouvelables 1 fois. C’est donc la précarité qui ouvre grand ses bras aux salariés âgés …/…

Le chiffre ( que l’on nous ressasse sans cesse ) de 38,1 % est un chiffre global concernant l’emploi des salariés de 55-64 ans (dans les statistiques, on a 64 ans la veille de ses 65 ans…) Il faudrait pourtant distinguer entre l’emploi des 55-60 ans qui devrait augmenter dans le cadre d’un recul généralisé du chômage et l’emploi des 60-64 ans qui devrait être réduit au maximum …/… La priorité pour les salariés de 60 ans devrait être bien différente : permettre à tous ceux qui le voudraient de partir à la retraite avec une retraite à taux plein.    ( à suivre …)

Publié dans Social | Pas de Commentaire »

 

Justina Angebury |
Réservation 2010 - Furet / ... |
sac à mots |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | to be or not to be
| le blog du Dr. Drake
| doc Dilo