RETRAITES et DEPENDANCE

Posté par lapecnaude le 19 février 2010

gwil40126.jpg

             BREL chantait    » Les vieux ne meurent pas …. »

Dans certaines ethnies, les esquimaux par exemple, lorsqu’on était vieux et que l’on savait ne plus être utiles à la société, on demandait aux enfants de nous mettre sur un morceaux de banquise et de nous laisser dériver ainsi. C’était la loi de la nature, on naît pour mourir, plus ou moins tôt, plus ou moins tard. Les progrés de la civilisation  aidant, la médecine, les conditions de vie s’étant améliorées, nous vivons de plus en plus vieux jusqu’à devenir « incaments », dépendants et nous formons alors pour notre société « le cinquième risque ».

Voyons un peu, le premier, c’est celui de naître – la maternité. Cela coûte cher, dit-on.                                                                                     -Le second, c’est celui d’être malade – la maladie. Cela coûte cher, nous rabâche-t-on.                                                                                    –Le troisième, c’est d’être accidenté – les accidents au travail. Cela coûte cher, mais c’est imposable, quand même !                                         Le  quatrième, c’est d’être invalide – l’invalidité. Cela est hors de prix, va falloir que notre Bon Prince remette les barème à jour…dans pas longtemps, vous allez voir.                                                                                                                                                                          Le cinquième, c’est LA DÉPENDANCE, cet état qui en est un tout en n’en n’étant pas un, sauf les jours de vote évidemment

Pour ma part, et à mon âge, j’ai couru toutes sortes de risques, même celui de rencontrer, par inadvertance des cons, mais çà c’est le hasard. Celui, par contre que je pourrai pas éviter c’est celui de vieillir, cela vient tout seul, mais de là à accepter d’être dépendante…. c’est NON, et c’est tout. Pas de gavage à la petite cuillère, pas de toilette-mise-au-lit en douze minutes montre en main, et toutes les autres choses pas ragoûtantes

Pour nos gouvernants, ce n’est pas la même chose, ce sont des théoriciens, ils veulent, ils doivent créer un financement à part, un système particulier pour faire assumer les frais de cette dépendance à n’importe qui, mais pas à eux. Pour caresser leur électorat bien pensant dans le sens du poil, ils tiennent à prolonger la vie le plus longtemps possible, qu’elle soit végétative ou souffrante au delà du possible, ils s’en foutent , ne pas oublier, ce sont des votants en puissance. Les conséquences pour les familles, la société importent peu, on fera une loi spéciale.

C’était une des grandes promesses du candidat Sarkosy, « on ne laissera personne sur le bord du chemin » etc… s’occuper des petits vieux ! Lors d’une réunion le 4 février dernier avec ses acolytes, il a annoncé qu’il voulait dissocier le cas des super-anciens des retraités dans son projet de réforme. Pourquoi, ce sont des retraités comme les autres? Non, ils coûtent plus cher ! Et surtout, il ne faut pas brusquer l’opinion (les électeurs) et les syndicats ! Quoique pour ma part, à considérer l’action de ceux-ci actuellement, je doute de l’effet.

Voilà bien un sentiment qui pourrait l’honorer, lui qui est la délicatesse même, s’il évitait également de brusquer les 6 millions de chômeurs (dont 1 million en fin de droits), le 2 millions de mal-logés, sans oublier les millions de super-pauvres-en-dessous-du-seuil-de-pauvreté et les autres !

Bref, c’est quand même une affaire de 20 milliards d’euros (il ne va quand même pas chipoter pour çà) et notre cher dirigeant ne voudrait pas, oh Grands Dieux Non ! créer un cinquième déficit à la France. On va se débrouiller autrement. Heureusement qu’il a fait épurer les livres d’histoire  de nos enfants, sinon il aurait pu y trouver la solution radicale, il faudrait qu’il en parle à Besson, lui a dû apprendre çà par coeur.

Non, comme toujours avec notre grand-dépensier-dépendeur-solutionneur-miracle, il envisage tout bêtement un partenariat public-privé avec les assureurs …. l’aubaine quoi !  Une sorte d’assurance privée et obligatoire, avec incitation fiscale ( et allons donc) pour les plus aisés, les autres à la charge de qui, de quoi ? de nous, ce qui ne changera guère, mais pas de changement du côté de la fiscalité des riches.

Ce qu’il a oublié, le Grand Organisateur, comme d’ailleurs ses illustres conseillers, c’est que pour faire survivre des incaments, qu’ils soient friqués ou pas, c’est que tout le monde va sur le pot chaque jour et qu’il faut du personnel spécialisé pour les aider et faire le travail et qu’il faut du matériel pour les manipuler, pour les laver, pour les soigner, qu’il faut des locaux adaptés et des murs et du chauffage et des gens pour entretenir et faire marcher tout çà. Or, en France depuis des décennies, on ne forme plus de personnel soignant, cela coûte trop cher ! En plus on a supprimé des postes de travail, des lits, mais on n’a pas supprimé les charges de travail !

On a juste oublié qu’il y aura en 2020, deux fois plus de vieillards que maintenant … drôle non ?  Maintenant, il ne reste plus qu’aux inventeurs du style Concours Lépine de trouver des solutions pour nous rendre la vie plus facile, à défaut de nous rendre nos muscles et nos neurones.         En dehors de tout cela, et en forme de conclusion, il faut quand même parler du pseudo-trou de la Sécu, que le gouvernement paie les arriérés de cotisation et de charges qu’il lui doit et la Sécu sera en excèdent. Qu’il supprime tous les avantages fiscaux-électoraux, qu’il ne pompe pas nos fonds de retraite tels que ceux de l’AGIRC et de l’ARRCO au bénéfice du fond de retraite des fonctionnaires  et des élus et que toutes leurs élucubrations ne restent que ce qu’elles sont : des pantalonnades !  

Laisser un commentaire

 

Justina Angebury |
Réservation 2010 - Furet / ... |
sac à mots |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | to be or not to be
| le blog du Dr. Drake
| doc Dilo