• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 3 avril 2010

LA FAUTE sur MER – La FAUTE à QUI ?

Posté par lapecnaude le 3 avril 2010

                                                              

                                                                9e628cc7481.jpg

Gageons que si la réforme de la Justice, telle qu’elle nous est présentée actuellement, mettra bien mal à l’aise quelques magistrats, comment instruire à charge et à décharge équitablement lorsque, comme dit mon bon voisin Robert  » C’est rin qu’du beau monde tout çà !  » .

En effet, à La Faute sur Mer, non seulement les élus (député et sénateur) interviennent sur les questions de camping municipaux, peut-être simplement par amitié ou pour rendre service à peu de frais à leurs électeurs, qui dit camping, dit touristes, dit chiffre d’affaire …. mais le Maire à la haute main sur les plans d’occupation des sols et les permis de construire avec la bénédiction de la Préfecture bien sûr  (c’est pas moi … c’est lui ou eux …)

Constructible donc le bord du Lay dans l’estuaire, ce sera donc le lotissement « Les Doris », joli nom d’une embarcation qui servait autrefois sur les morutiers et maintenant en canot de sauvetage, prémonitoire ? C’est devenu un endroit de maisons fantômes, plein de détritus et de décombres, l’eau a arraché les portes et les fenêtres … Lamentable tableau. Il y a eu 29 morts dans ces habitats …en contrebas de la digue.

L’autorisation de lotir à cet endroit accordée par délibération du Conseil Municipal en date du 11 juillet 1996, à été signée par le Maire R. MARRATIER le 1er octobre 1999. La construction en a été confiée à une Association Foncière Urbaine ainsi que sa gestion. Selon le compte-rendu du conseil municipal du 1er octobre 1999, Madame F. BABIN, première adjointe au maire de La Faute, chargée de l’urbanisme ET membre de cette association à quitté la salle et n’a pas pris part aux délibérations ni au vote. Rien que du légal dans l’illégalité. Normal quoi.

En tant qu’adjointe, Madame BABIN signe les permis de construire pour le lotissement voisin, « les Voiliers » dont son fils, promoteur immobilier, possède tous les terrains. Pas de conflits d’intérêts donc. Par exemple, le lot n°29 (392 m2) fera l’objet le 21 décembre 2007 d’un permis de construire signé F. BABIN. Une jolie maison de 118 m2, cet acte a été VALIDE par les services de la Préfecture et porte la mention « Informations diverses aux acquéreurs et locataires … le terrain du projet est situé dans une zone d’aléa moyen à fort de submersion marine correspondant à une hauteur de submersion comprise entre 0,5m et 1m et une vitesse d’écoulement INFÉRIEURE à 0,5m/s. 

On a ouvert le parapluie, tout peut tomber, on n’est pas responsables, on a prévenu !

De toutes façons, ils ne peuvent plus se plaindre, il y eu là 4 morts le 28 février 2010.

Lire la suite… »

Publié dans Politique | 3 Commentaires »

LA FAUTE …. DES VAGUES

Posté par lapecnaude le 3 avril 2010

                     vagues1.jpg                                                 f25de06c9f.jpg

Le 28 février dernier la conjonction de plusieurs facteurs a engendré une sorte de raz de marée sur la côte atlantique. La Vendée, la Charente-Maritime, les iles d’Oléron de Ré et d’Aix ont été balayées par une séries de vagues puissantes poussées par un très fort vent et provoquant l’inondation de centaines d’hectares de terres et de plusieurs centaines de maisons. Il y eut 53 morts et beaucoup, beaucoup de sans abris. Les digues ont été rompues par la puissance de l’eau, on était en marée montante à fort coefficient.

Les dégâts dans les ports, dans les établissements de mitilicultures et ostreicoles, dans les petites et moyennes entreprises, les fermes d’élevage de poissons en mer, dans les établissements d’accastillage et de fabrication et vente de bateaux, dans les marinas, les pontons étaient arrachés, les yachts du petit au plus grand poussés à la côte et endommagés, ont été énormes.

Des centaines de maisons ont été noyées, les habitants ayant été évacués en urgence en pleine nuit par les pompiers, professionnels, bénévoles et la sécurité civile ont été mis à l’abri par les services municipaux de chaque commune et des habitants qui étaient  hors-d’eau.

Au lendemain de la décrue (3 jours après pour certains, plus tard pour d’autres) chacun est venu constater les effets de cette tempête au joli nom de XYNTHIA, la désolation se lisait sur tous les visages, mais pas le découragement, plutôt de la colère, les digues étaient rompues, pourquoi, comment ?

Les digues ont rompu tout simplement par faute d’entretien, tout au souci d’augmenter le nombre des populations les responsables n’ont pas fait suffisamment pression sur les autorités compétentes pour pour obtenir les crédits nécessaires, çà c’était la première idée, mais il en existe d’autres. Dans certains cas on avait voulu, par souci d’esthétique assurer les digues de pierres blanche au lieu du grés gris et noir habituel et plus compact et plus lourd. Par manque de crédit dit-on ? Mais qui en est responsable ? et la valse commence, « c’est pas nous, c’est eux, non, c’est les autres … En tout état de cause, il y a des défenses à la mer qui datent de 1890, on en bien parlé en 1995 mais depuis …

Dans l’île de Ré, avec courage, les Cayens vignerons-agriculteurs-pécheurs et des bénévoles sont venus nettoyer les ceps du petit vin blanc si gouleyant avec des huîtres, n’espérant pas une belle récolte pour cette année et comptant déjà le nombre de pieds a replanter. Pas non plus de pommes de terre primeur AOC si fondantes en bouche au goût inimitable, le sel de la mer les ont détruites. Perdus les marais salants et les réserves de sel.

Détruits aussi, sur le continent, les champs de blé en pleine pousse, brulés, noyés. Il faudra plusieurs saisons pour que les terres et les marais redeviennent productifs et retrouvent leur état naturel.

Sans attendre, suivant les consignes données par les autorités et les assureurs, chacun s’est mis à gratter, nettoyer, chasser cette vase qui avait tout envahit, laver ce qui semblait être encore en état. Certaines maisons ne seront plus jamais habitables, d’autres ont mieux résisté et ont été habitée six ou sept jours après.

Le Préfet fait acte d’autorité et fait évacuer les campings installés illégalement depuis tant d’années. Mais où est la légalité là-dedans ?

Le Président de le République « en personne » est venu, a compatit, a promis …. des crédits, qui comme tout bon crédit d’Etat se fait attendre, il a quand même rencontré quelques sinistrés choisis, visité une maison quasi nettoyée et est reparti en ayant l’air d’être chagriné,  jusqu’à son avion … Je ne voudrais pas faire du mauvais esprit mais je sais que cela tache les mocassins la vase qui vient de la mer.

L’avaient accompagné,  le Président du Conseil Général-Ministre avec leur aréopage, celui-ci visiblement très ému, a assuré que des fonds seraient vite débloqués pour assister, dans l’immédiat les sinistrés. Pendant ce temps les colis de la solidarité nationale arrivaient en grand nombre et les secours étaient distribués par de gentils bénévoles. Solidarité, Fraternité d’abord.

Lire la suite… »

Publié dans Politique | 2 Commentaires »

 

Justina Angebury |
Réservation 2010 - Furet / ... |
sac à mots |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | to be or not to be
| le blog du Dr. Drake
| doc Dilo