• Accueil
  • > Non classé
  • > L’ADJUDANT-CHEF (j’en ai connu – et pas des p’tits lumas tiens !)

L’ADJUDANT-CHEF (j’en ai connu – et pas des p’tits lumas tiens !)

Posté par lapecnaude le 26 avril 2010

flicbourr1.jpg            A nos Adjudants-chefs …

> La masse musculaire de l’Adjudant-chef est supérieure à son poids total.
> Si la lumière va plus vite que l’Adjudant-chef, c’est qu’elle a peur de lui.
> Quand l’Adjudant-chef dit qu’il <>, il ne parle pas du sien.
> Un jour le Père Noël a frappé à la porte de l’Adjudant-chef. Depuis il passe par la cheminée.
> L’Adjudant-chef ne ment pas, c’est la vérité qui se trompe.
> Quand l’Adjudant-chef fume un joint, c’est le joint qui est défoncé.
> L’Adjudant-chef n’essaie pas. Il réussit !!
> Le pittbull de l’Adjudant-chef a mis une pancarte devant sa maison avec écrit dessus <>
> Quand l’Adjudant-chef scrute l’horizon, il voit son dos.
> Quand l’Adjudant-chef dit <>, personne ne dit << 2 >>.
> Quand l’Adjudant-chef va au restaurant. C’est le serveur qui laisse un pourboire.
> Depuis que l’Adjudant-chef joue, l’important, c’est de participer.
> L’Adjudant-chef joue aux boules tout seul. On ne touche pas aux boules de l’Adjudant-chef.
> L’Adjudant-chef n’a pas reçu son diplôme du bac. Les correcteurs comptent encore les points.
> L’Adjudant-chef est le seul homme à posséder une Bible dédicacée.
> L’Adjudant-chef peut encercler ses ennemis. Tout seul.
> L’Adjudant-chef pisse face au vent, le vent change de direction.
> L’Adjudant-chef peut claquer une porte fermée.
> L’Adjudant-chef a déjà compté jusqu’à l’infini. Deux fois.
> Certains portent un pyjama Superman. Superman porte un pyjama d’Adjudant-chef.
> L’Adjudant-chef ne porte pas de montre. Il décide de l’heure qu’il est.
> L’Adjudant-chef peut diviser par zéro.
> Dieu a dit <> et l’Adjudant-chef répondit <>.
> La seule chose qui arrive à la cheville de l’Adjudant-chef … c’est sa chaussette.
> Quand Google ne trouve pas quelque chose, il demande à l’Adjudant-chef.
> L’Adjudant-chef fait pleurer les oignons.
> Pour certains hommes le testicule gauche est plus large que le testicule droit. Chez l’Adjudant-chef, chaque
testicule est plus large que l’autre.
> L’Adjudant-chef sait parler le braille.
> Il n’y a pas de théorie de l’évolution. Juste une liste d’espèces que l’Adjudant-chef autorise à survivre.
> Un jour, au restaurant, l’Adjudant-chef a commandé un steack. Et le steack a obéi.
> L’Adjudant-chef mesure son pouls sur l’échelle de Richter.
> L’Adjudant-chef connaît la dernière décimale de Pi.
> L’Adjudant-chef peut taguer le mur du son.
> Quand la tartine de l’Adjudant-chef tombe, la confiture change de côté.
> L’Adjudant-chef est capable de laisser un message avant le bip sonore.
> Le calendrier de l’Adjudant-chef passe du 31 mars au 2 avril … Personne ne fait de blague à l’Adjudant-chef !

…… et je n’ai jamais dit « à vos ordres ! « 

 

6 Réponses à “L’ADJUDANT-CHEF (j’en ai connu – et pas des p’tits lumas tiens !)”

  1. remi begouen dit :

    Je vais copier ta superbe ode anonyme à l’adjudant-chef et la déposer en tout anonymat dans la boîte à lettre d’un de mes voisins que je surnomme ‘adjudant-chef’ depuis dix ans que je le vois évoluer (façon de parler, car l’adjudant-chef étant arrivé au point ultime de l’évolution, il est immuable, dans sa perfection). Je n’ai aucune certitude qu’il ait eu ce grade (peut-être adjudant-major?) et ignore dans quelle arme il a servi (gendarmerie?). Mais voilà les faits. Il est à la retraite, cet athlète rigide (ah quelle nuque!!) et règne sur deux femmes, un chien, un jardin… enfin ce qu’il en a fait : pelouse tondue tous les 15 jours, haies taillées tous les mois, cerisier à disputer aux oiseaux aux 4 saisons : c’est lui le chef! Il déambule ainsi dans sa nouvelle cour de caserne tous les jours. Etend le linge et le ramasse, méticuleusement. Sous l’oeil admiratif de la dame du premier étage et de la dame du second étage : il ne manque pas une occasion d’y veiller en jetant un coup d’oeil vers elles, d’un énergique coup de menton. Parfois, l’une ou l’autre daigne descendre au jardin. Parfois pour le pipi-caca du chien-chien, gras gros toutou blanc frisé, entretenu professionnelement puisque l’une des dames tient la boutique ‘au chien net’ ou un truc comme ça. Parfois le chien reste seul dans le jardin et n’arrête pas d’aboyer, ce con…
    Parfois je croise dans la rue le chien-chien tenu par une grosse laisse d’une main de fer d’adjudant-chef, le regard sur la ligne d’horizon. Une fois, après quatre ou cinq ans de voisinage (il m’a sûrement remarqué à ma fenêtre, avec ma tignasse et barbe non réglementaire), on se croise dans un passage étroit. Il est non seulement avec le chien mais avec l’une des femmes, qui elle, me regarde, me reconnaît. Instinctivement, je soulève mon chapeau, esquisse un ‘bonjour’… Stupéfaction muette du chef de l’adjudant-chef : un rapide regard silencieux, cependant que la dame me rend le bonjour. Depuis, je prends un malin plaisir à le saluer, ce gros con, soit oralement dans la rue, soit d’un geste du bras de ma fenêtre. Ben, c’est incroyable mais vrai : il me répond d’un mouvement de menton, même d’un bonjour ! …Peut-être vais-je lui piquer son épouse ou sa maîtresse un jour ? Le jour où il sera général ???

  2. babelouest dit :

    Bon sang, c’est bizarre, j’en ai connus des adjudants-chefs, à l’armée : en tant que secrétaire d’escadron, je les voyais (ils étaient deux), sans doute des anciens d’Algérie, et sans doute d’Indo, caparaçonnés de médailles les jours fastes, gouailleurs et attendrissants les autres jours. Ils n’auraient pas fait de mal à une mouche. Tous deux avaient leur petit bureau perso. Logés, nourris par la maison, ils étaient comme des coqs en pâte.

    Le lieutenant d’échelon était moins commode….. c’est lui que j’ai revu plus tard, en tant que client (ouaf), et chez qui j’ai un jour été invité à l’apéro.

  3. remi begouen dit :

    J’ai donc sorti une version papier de ton ode à l’adjudant-chef. Avec mouchoirs-papier anti-traces adn et enveloppe étrangère à ma réserve d’enveloppes, je me suis préparé à ‘l’opération clandestine’ d’adresser cela au voisin (précision : d’un immeuble voisin, perpendiculaire au mien, dont le jardin et surtout le cerisier sont sous ma fenêtre). Et puis non, je renonce. Cela ne me ressemble pas, ce genre de lettre anonyme… Et je me rappelle que j’en ai reçu une, il y a 40 ans, mauvais souvenir. Alors, je vais continuer à le saluer, ce gros con que j’ai un peu apprivoisé grâce à l’une de ces femmes (au fait je ne sais rien de ses relations sexuelles, ni de son ex-grade, ni de son nom !…). Peut-être vais-je plus en savoir, un jour : l’une des deux (j’ai du mal à savoir laquelle : elles ont ‘le même look’ de braves petites bourgeoises bé-bêtes d’autour 55 ans) me fait maintenant de francs sourires : elle me drague ?

  4. babelouest dit :

    Ouuuuuaiiiiis ! Rémi à une touche ! (non, pas taper, pas taper)

  5. Adjudant-chef dit :

    Le document d’origine de cet « ode à l’adudant-chef » est en fait un ode à Chuck Norris.
    Celle ci est donc une traduction de l’original en anglais.

    http://www.chucknorrisfacts.com/

    Pour autant, en tant qu’adjudant-chef, cette description me va pas mal. ;-) ) LOL

Laisser un commentaire

 

Justina Angebury |
Réservation 2010 - Furet / ... |
sac à mots |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | to be or not to be
| le blog du Dr. Drake
| doc Dilo