NE DEBLOGONS PAS ! ….

Posté par lapecnaude le 6 juin 2010

placestanilav.jpg  » Il faut sauver le soldat Ryan », sur la 2 ce soir. .. Tout un programme. J’avais lu auparavant une polémique concernant les classement Wikio des blogs … polémique stérile s’il est, à mon avis, et je me suis demandée soudain ce qui pouvait faire disparaître des blogs de notre univers, comme çà. Une suite de pseudo-conflits ? Amenés par de jeunes logorrhéiques (?) du pays de Chopin qui vitupèrent, intimident et menacent par écrit et de vive voix ?

De santé fragile (oh combien) je ne sais ce pourraient avoir de tels procèdés sur moi, en fait je craindrais plutôt les retombées sur leurs auteurs.

Mais que sont donc devenus ces blogeurs ?

Publié dans tourne-menteurs | 12 Commentaires »

NE BESSON PAS NOS PETITS BRAS !

Posté par lapecnaude le 5 juin 2010

ericbesson246.jpg  LAÏCITÉ : Système qui exclut les églises de l’exercice du pouvoir politique ou administratif et en particulier de l’enseignement.

Née sous la IIIème République lorsqu’elle triompha avec le vote des lois scolaires de Jules Ferry en mars 1882, lesquelles permirent la coupure confessionnelle avec l’enseignement jusqu’en 1914. Depuis, sous les IVème et la Vème République, on ne compte plus les tentatives de transformation et les atteintes à cette loi, particulièrement celle de 1959 accordant le soutien financier de l’Etat aux établissements privés.

Notre époque se prète à toutes les dérives confessionnelles et sectaires, car « la religion est l’opium des peuples » et il est plus facile de manipuler un électorat avec ce genre de levier qu’avec la pure raison.

En plus, nous avons la chance d’avoir un ministre laïque d’une république laïque en la personne du sieur Besson, notre ministre d’ouverture, ministre de l’immigration, de l’intégration, de l’identité nationale et du développement solidaire, mais pas des cultes, ceci étant réservé au ministre de l’intérieur, chef de la police …. Cela sonne comme un petit air de Front National tout çà, en effet, comment peut-on mener une politique migratoire d’extrême-droite et rester fidèle aux principes de la laïcité ? Eric Besson règle ce problème sans état d’âme, en bon élève des jésuites qu’il a été, il contourne,  sans éclat (pour une fois) et y renonce, faisant sien le dicton « ma main droite ignore ce que fait ma main gauche ».

Seulement voilà, il veut éduquer JUSTEMENT et bien sûr CONVERTIR. Bon d’accord, ce n’est pas un missionnaire de la foi, sinon la sienne (et quelle est-elle au fait ?. De parjure en parjure, jusqu’où ira-t-il ?). Notre ministre de l’immigration et de l’intégration s’est mis en tête de demander à l’Université publique de former les imams (musulmans, comme chacun sait). Là, on peut sourire sans retenue en apprenant que les imams qui le souhaiteraient pourraient suivre une formation « Religion, laïcité, interculturalité » dispensé par l’Institut Catholique. Mélange bien naturel puisque cette initiative est présentée comme un cours d’instruction civique entrant bien dans les responsabilités du ministre, simple extension de son « débat sur l’identité nationale ». Un cours de mise à niveau des religieux musulmans mené par des catholiques, mais financé depuis janvier 2008 par l’Etat pour apprendre à une vingtaine de galopins comment l’islam peut et doit être compatible avec la laïcité …

Une histoire de fous pour laquelle nous payons et nous allons encore payer.

Lire la suite… »

Publié dans Politique | 4 Commentaires »

EGALITE POUR LES A.C. DES DOUARS…ENFIN !

Posté par lapecnaude le 2 juin 2010

retraitesindignes.jpgIls étaient fiers, les anciens combattants des douars de la commune, droits comme des I, malgré leurs chèches et leurs burnous loqueteux et crasseux, fiers d’avoir appartenu à l’Armée Française, d’avoir fait la Campagne d’Italie, d’avoir débarqué en France, d’avoir combattu pour la libérer … Ils vont recevoir, enfin, ceux qui sont encore vivants, les mêmes pensions d’invalidité ou de retraite que les soldats français qui paradent derrière leurs drapeaux lors de fêtes nationales. Le législateur organisait la discrimination, et le juge rétablit le droit.

Ils le doivent à deux de leurs descendants, Khedidja et Mokhtar, Algériens orphelins bénéficiaires, en qualité d’orphelins, d’une pension militaire qui ont demandé au ministre de la défense de revaloriser le montant versé, lequel est bloqué depuis le 3 juillet 1962. Avec pour résultat, un delta de 1 à 10. Le ministre refuse, appliquant la loi qui interdit la revalorisation de nos anciens frères d’armes, et il a raison, mais le ministre ne fait rien pour changer cette loi inique, et là il a tort. En cause trois lois anciennes, du 3 août 1981, du 30 décembre 2002 et du 21 décembre 2006 : de la belle continuité républicaine. Khedidja et Mokhtar saisissent le tribunal administratif de Nantes, qui le 12 mars 2009, confirme le refus ministériel. Motif : la loi est sans doute faisandée, mais le tribunal doit appliquer la loi, en se bouchant le nez éventuellement.

Khedidja et Mokhtar forment le seul recours possible en la matière, et saisissent le Conseil d’État. A ce stade, c’est assez mal barré, car le Conseil d’État s’apprête à appliquer la loi douteuse. Les juges jugent tout, mais pas la conformité de la loi à la Constitution.

Mais, impromptu, vient la réforme constitutionnelle du 23 juillet 2008, qui introduit le mécanisme de la question prioritaire de constitutionnalité (QPC), désormais l’article 61-1 de la Constitution. Le mécanisme peut être enclenché si le débat sur la validité de la loi « présente un caractère sérieux ».

La réforme est applicable le 1er mars 2010, et Khedidja et Mokhtar forment aussitôt la demande au près du Conseil d’État, qui le 14 avril 2010 (n° 336753) estime la question effectivement sérieuse au regard du principe constitutionnel d’égalité, et saisit le Conseil Constitutionnel. Khedidja et Mokhtar, d’une part, l’État, d’autre part, déposent leurs mémoires le 4 mai, l’audience publique se tient le 25 mai et la décision est rendue le 28 ! Une affaire rondement menée, car le Conseil doit se prononcer dans les trois mois.

Le Conseil puise dans les textes constitutionnels, à savoir, « la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, et en particulier l’article 6 : < < La loi doit être la même pour tous, soit qu'elle protège, soit qu'elle punisse >>. Le Conseil rappelle sa jurisprudence, qui marque la limite des discriminations acceptables : < < Le principe d'égalité ne s'oppose ni a ce que le législateur règle de façon différente des situations différentes, ni à ce qu'il déroge à l'égalité pour des raisons d'intérêt général, pourvu que, dans l'un et l'autre cas, la différence de traitement qui en résulte soit en rapport direct avec l'objet de la loi qui l'établit >>. L’égalité n’est pas l’égalitarisme.

Le Conseil se penche alors sur la validité des lois de 1981 et 2002. Il commence par constater : < < En prévoyant de conditions de revalorisation différentes de celles prévues par le code des pensions civiles et militaire de retraite, elles laissent subsister une différence de traitement avec les ressortissants français résidant dans le même pays étranger >>. Et il déduit : < < Si le législateur pouvait fonder une différence de traitement sur le lieu de résidence en tenant compte des différences de pouvoir d'achat, il ne pouvait établir, au regard de l'objet de la loi, de différence selon la nationalité entre titulaires d'une pension civile ou militaire de retraite payée sur le budget de l'État et résidant dans un même pays étranger >>. Conclusion : < < lesdites dispositions législatives sont contraires au principe d'égalité >>. Et même solution pour la loi de 2002.

Lire la suite… »

Publié dans Politique | 1 Commentaire »

12
 

Justina Angebury |
Réservation 2010 - Furet / ... |
sac à mots |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | to be or not to be
| le blog du Dr. Drake
| doc Dilo