• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 4 juillet 2010

UNE HISTOIRE QUI CHLORE …DECONNE !!!

Posté par lapecnaude le 4 juillet 2010

charancon.gifUn encart dans le « Canard » du 30.6.2010 relayant un article du « Monde » du 24.6 concernait le scandale du chlordécone aux Antilles. C’est une vieille affaire qui avait été évoquée lors des grèves de pwotifastion et les interviews qui ont suivi.

Le chlordécone est un produit phytosanitaire pesticide organochloré de la famille du D.D.T. Il est persistant, non dégradable et a une durée de vie de plusieurs centaines d’années. Il a pour but d’éradiquer le « charançon du bananier » (voir illustration ci-dessus). Découvert en 1951, produit en 1958 aux États-Unis, il a été interdit dans ce pays en 1976 à la suite d’incidents graves (atteintes à la santé des ouvriers) à l’usine de fabrication de Hopewell en Virginie.

A partir de 1981, et à la demande des producteurs de bananes antillais (Békés), la fabrication du chlordécone à repris au Brésil et été importée par la Société antillaise Lagarrigue. Interdit en France en 1991, on en a autorisé l’utilisation (en raison des stocks) jusqu’en septembre 1993. En fait, celle-ci a perduré jusqu’en 2007 avec des concentrations allant jusqu’à 100 fois la norme ! Il aura donc fallu plus de 30 ans …..

Personne au gouvernement ne s’est ému du fait que 48,89% des terres agricoles utiles de Guadeloupe et 58,90% de Martinique étaient devenues dangereuses, sans oublier les nappes phréatiques, car TOUT est empoisonné.

L’impact de cet empoisonnement a été énorme sur le niveau de vie des habitants, car tout légume-racine comme la patate douce, la dachine, la carotte, le choux caraïbe, l’igname, mais aussi les légumes poussant près de la terre (sur tige) comme les melons, les pastèques, les giraumons, la cive, le persil, la banane ti-nain et même la banane-fruit (celle qui est exportée) etc… qui sont les produits de pays les plus couramment consommés sont devenus impropres pour l’humain.  De plus, une bio-concentration de la viande et des poissons est certaine via la chaîne alimentaire. Ce qui oblige l’achat de produits de substitution importés et très chers.

Les îles Martinique et Guadeloupe sont à la fois semblables et différentes, par les fait des origines de leurs populations, le fait de la diversité de leur environnement (forêt primaire, terres agricoles, mangroves, montagnes, récifs coralliens). Leurs populations respectives sont de 397.730 habitants (soit 353 h. au km2) pour la Martinique (dont 5% be békés, blancs-origine) plus 7370 immigrés, recensement de 2007 pour une superficie de 1100 km2 et de 405.500 habitants (246 h. au km2) plus 40.000 immigrés (environ, essentiellement des haïtiens), recensement de 2008 pour une superficie de 1860 km2.

Des études de l’AFSSA depuis 2007 il ressort que les ouvriers exposés de manière chronique à ce pesticide (donc par contact) ont été victimes de problèmes neurologiques, d’effets toxiques sur le foie, ainsi qu’une action de délétion sur la spermatogénèse (perte d’un fragment de chromosome du spermatozïde), d’atteinte rénales. C’est un cancérogène possible chez l’homme (risque augmenté de 2,5 du cancer de la prostate) et un perturbateur endocrinien (féminisant car mimant les oestrogènes). Actuellement près de 80.000 personnes habitent dans les zones où les sols sont contaminés et au moins 13.000 absorbent chaque jour , en mangeant des légumes qu’ils cultivent ou achètent au marché une quantité de chlordécone dépassant la valeur toxicologique de référence, soit 0,5ug/kg/j.

Lire la suite… »

Publié dans Politique | 7 Commentaires »

 

Justina Angebury |
Réservation 2010 - Furet / ... |
sac à mots |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | to be or not to be
| le blog du Dr. Drake
| doc Dilo