• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 26 novembre 2010

MAHOMET, LES HADITHS … et la CHARIA

Posté par lapecnaude le 26 novembre 2010

chameliertouareg.jpg  Les paroles du Prophète sont des fleurs … que chacun cueille selon son bon plaisir …. 

Au VIII° siècle, soit 200 ans APRÈS la mort de Mahomet, un Imam rassembla un ensemble de « hadiths », ou paroles du Prophète. Ces paroles avaient suivi la tradition orale de l’époque et provenait de toutes part, les compagnons de Mahomet en avaient transmis à leur entourage qui les avaient répétées, Aïcha, son épouse en avait fait autant, et après tout ce temps l’Imam considéra qu’il était temps d’effectuer un travail de recollement et de classification selon les questions de jurisprudence posées à l’époque et traitées SELON SON AVIS PERSONNEL.

En fait, ces hadiths n’ont comme origine, non la parole même de Mahomet mais la transcription de faits ou de situations l’impliquant et transmis ainsi de génération en génération avec les ajouts et les déformations naturelles de ce mode de transmission, ils sont donc, pour la plupart suspects.

Un calife (Al Rachid) proposa de faire du recueil de cet imam une référence unique, enfin une base pour émettre des lois. L’imam refusa « cela n’est pas possible, dit-il, car les compagnons du Prophète se sont dispersés après sa mort et ont tous rapportés des hadiths, les gens de chaque ville qu’ils ont traversée en connaissent des différentes « . Il n’était pas sûr du tout que ces faits et paroles rapportés étaient parfaitement véridiques, donnant par là un exemple d’intégrité et de relativisme qui ne fut pas suivi.

Sa démarche fit cependant des émules, qui se formèrent en « écoles » ou « courants de pensées » qui reprirent son initiative et d’après les différents recueils réunis les transformèrent en un livre unique appelé  » LA CHARIA »  (la Voie), ils codifièrent ainsi les récits et les interprétèrent chacun à leur façon. Selon chaque Calife, l’interprétation guidée le plus souvent par des INTÉRÊTS POLITIQUES, négligea certains textes et en privilégia d’autres. De ce fait, il existe autant de Charia que de mouvements et de pays.

Le schéma directeur de chacune de ces charias détermine pour chaque fidèle ce qui est obligatoire (le respect des piliers de l’Islam), ce qui est recommandé (le mariage), ce qui est indifférent, ce qui est blâmable mais non interdit (le célibat ou le divorce) et ce qui est interdit (le meurtre, le vol …) et les tabous alimentaires.

Les hadiths n’ont pas de force de parole divine directe et ne sauraient remplacer « le texte qui se suffit parfaitement » (le Coran) et faire état d’éléments (par exemple de sanctions) qui n’existent pas « ce serait privilégier la parole d’homme, si sage fut-il, à celle de Dieu ».

Lire la suite… »

Publié dans Politique, Social | 9 Commentaires »

 

Justina Angebury |
Réservation 2010 - Furet / ... |
sac à mots |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | to be or not to be
| le blog du Dr. Drake
| doc Dilo