L’ADJUDANT-CHEF (j’en ai connu – et pas des p’tits lumas tiens !)

Posté par lapecnaude le 26 avril 2010

flicbourr1.jpg            A nos Adjudants-chefs …

> La masse musculaire de l’Adjudant-chef est supérieure à son poids total.
> Si la lumière va plus vite que l’Adjudant-chef, c’est qu’elle a peur de lui.
> Quand l’Adjudant-chef dit qu’il <>, il ne parle pas du sien.
> Un jour le Père Noël a frappé à la porte de l’Adjudant-chef. Depuis il passe par la cheminée.
> L’Adjudant-chef ne ment pas, c’est la vérité qui se trompe.
> Quand l’Adjudant-chef fume un joint, c’est le joint qui est défoncé.
> L’Adjudant-chef n’essaie pas. Il réussit !!
> Le pittbull de l’Adjudant-chef a mis une pancarte devant sa maison avec écrit dessus <>
> Quand l’Adjudant-chef scrute l’horizon, il voit son dos.
> Quand l’Adjudant-chef dit <>, personne ne dit << 2 >>.
> Quand l’Adjudant-chef va au restaurant. C’est le serveur qui laisse un pourboire.
> Depuis que l’Adjudant-chef joue, l’important, c’est de participer.
> L’Adjudant-chef joue aux boules tout seul. On ne touche pas aux boules de l’Adjudant-chef.
> L’Adjudant-chef n’a pas reçu son diplôme du bac. Les correcteurs comptent encore les points.
> L’Adjudant-chef est le seul homme à posséder une Bible dédicacée.
> L’Adjudant-chef peut encercler ses ennemis. Tout seul.
> L’Adjudant-chef pisse face au vent, le vent change de direction.
> L’Adjudant-chef peut claquer une porte fermée.
> L’Adjudant-chef a déjà compté jusqu’à l’infini. Deux fois.
> Certains portent un pyjama Superman. Superman porte un pyjama d’Adjudant-chef.
> L’Adjudant-chef ne porte pas de montre. Il décide de l’heure qu’il est.
> L’Adjudant-chef peut diviser par zéro.
> Dieu a dit <> et l’Adjudant-chef répondit <>.
> La seule chose qui arrive à la cheville de l’Adjudant-chef … c’est sa chaussette.
> Quand Google ne trouve pas quelque chose, il demande à l’Adjudant-chef.
> L’Adjudant-chef fait pleurer les oignons.
> Pour certains hommes le testicule gauche est plus large que le testicule droit. Chez l’Adjudant-chef, chaque
testicule est plus large que l’autre.
> L’Adjudant-chef sait parler le braille.
> Il n’y a pas de théorie de l’évolution. Juste une liste d’espèces que l’Adjudant-chef autorise à survivre.
> Un jour, au restaurant, l’Adjudant-chef a commandé un steack. Et le steack a obéi.
> L’Adjudant-chef mesure son pouls sur l’échelle de Richter.
> L’Adjudant-chef connaît la dernière décimale de Pi.
> L’Adjudant-chef peut taguer le mur du son.
> Quand la tartine de l’Adjudant-chef tombe, la confiture change de côté.
> L’Adjudant-chef est capable de laisser un message avant le bip sonore.
> Le calendrier de l’Adjudant-chef passe du 31 mars au 2 avril … Personne ne fait de blague à l’Adjudant-chef !

…… et je n’ai jamais dit « à vos ordres ! « 

 

Publié dans Non classé | 6 Commentaires »

CRE VIN DIOU QU’LA MAREE ETAIT MAUVAISE !

Posté par lapecnaude le 3 mars 2010

images.jpg                                                                        Du vent, de la pluie, des rafales, des vagues immenses,

                                                                         Tsunami ou mascaret  ?

Samedi dernier, nous sommes restées longtemps au marais , sur la plage de Saint Froult en compagnie des baudets qui paissaient tranquillement. L’océan était nerveux, par petites vagues rageuses il entamait la descendante. J’avais entendu les avis d’alerte rouge mainte fois serinés à la télévision et incidemment j’essayais d’évaluer jusqu’ou pouvait monter une marée de 108 … sûr que les baudets auraient les pattes dans l’eau, d’autant que les fossés de drainage du marais étaient pleins à ras bord, pas bon signe çà.

Chez moi, comme à l’habitude tout était en sécurité, le salon de jardin à l’abri, les petits arbres arrimés, les pots de fleurs rangés, ma foi les autres qui pèsent plus du quintal je ne pensais pas qu’ils s’envoleraient facilement. Cette fois, je ne sortira pas comme en 99 pour récupérer ma poubelle, au grand dam de mon époux qui s’époumonnait dans le vent en pure perte, n’empèche qu’il n’y aurait pas eu le poteau de la véranda, moi aussi j’allais flotter ! Souvenirs, souvenirs …

Je me demande comment des habitants valides, en plein bourg dans l’île de ré, n’ont pas entendu parler de l’avis de tempête, qu’est-ce qu’on ne ferait pas quand on n’aime pas le maire et qu’on veut se faire remarquer à la lucarne merdique de la télévision !

Je vous parlerais bien d’autre coups de tempête sur cette côte de ré, j’ai vécu 15 ans par procuration avec elles tous les soirs, des ces coups de vagues qui vous arrachaient des buses de béton enrochées de 2 mètres de diamètre, de palle-planches envolées, de pelles hydrauliques « nigées » sous 1 mètre 50 d’eau dans le marais …

Ce qui a été dévastateur, c’est la vague, sa rapidité, sa violence, ce qui était imprévisible c’est cette conjonctions de facteurs : facteur dépression athmosphérique, marée montante simultanés, phénomène hautement hypothétique et rarissime à ce niveau, coup de malchance.

C’est vrai que depuis la décentralisation qui a donné ce pouvoir aux maires, les permis de construire ont été accordés en dépit du simple bon sens, avalisés quand même par les services techniques des préfectures. Il fallait toujours plus d’habitants, parce-que plus de classes, plus de commerce, plus de touristes l’été. Mais si on écoutait l’ahuri de vendée et qu’on faisait démolir toutes les habitations construites en dessous du niveau de la mer çà en ferait combien de mal logés en plus ? et qui paierait ? Cet innocent ?

Lire la suite… »

Publié dans Non classé | 12 Commentaires »

UN VIEILLARD A LA DERIVE …..

Posté par lapecnaude le 23 février 2010

imagescagb6090.jpg   MAIS QUE FAIT M. BUSSEREAU AU CONSEIL GENERAL  ?   

                                                        IL POSTULE AU CONSEIL RÉGIONAL !

C’est pourtant une fort jolie ville où les retraités aiment à vivre et où d’autres viennent passer des vacances à l’instar de la propre mère de notre Auguste qui y vient depuis plus de 50 ans. Seulement, voilà, ROYAN n’aime pas tout le monde, ou alors quelque chose ne tourne pas rond à ROYAN.

Roselyne est passée avec sa réforme hospitalière, sa mise en rentabilité des services hospitaliers et sociaux, son patron aussi, avec sa réforme de la fonction publique, la suppression de 16000 postes (tous services confondus ?) en 2009, le non-remplacement d’un départ sur deux à la retraite ….. manque d’effectifs, manque d’affectif surtout, manque de dignité pour tous ces dirigeants, élus bien sûr.

ROYAN, dont Dominique BUSSEREAU a été adjoint au maire jusqu’en 1989, avant de se replier à quelques encablures sur SAINT GEORGES DE DIDONNE, son fief, où il a été maire, adjoint au maire, conseiller municipal au fur et mesure de la croissance de sa carrière politique, il est arrivé Ministre et Président du Conseil Général de Charente-Maritime donc Responsable des Services Sociaux du Département, particulièrement de ce service si cher à son mentor « celui de l’aide aux personnes âgées »

Dans un petit immeuble, le samedi 13 février dernier, alors que la température extérieure avoisinait le zéro, un retraité de 84 ans, un vieillard sénile, hurlait de froid, de faim, de solitude dans son appartement sans chauffage. La Maison de Retraite des Issambres qui l’hébergeait l’avait laissé rentrer chez lui. Comme çà. Pourquoi ?

L’alerte a été donnée par les voisins, ils l’entendent et alertent les services municipaux. Ceux-ci arrivent, ils font partie de l’Association « Interface Ville Hôpital des Interventions du Pays Royannais » (IVHOIR), ils sont assistés de policiers municipaux et découvrent un vieillard dans un état de délabrement physique et psychique lamentable. Seul, sans hygiène (incontinent) l’appartement reflète l’abandon dans lequel était resté le pauvre homme.

Dans ces cas-là les langues se délient et peu à peu, l’histoire d’une carence voire d’une incurie des services responsables des personnes âgées apparaît au grand jour.

Monsieur X…. est sous curatelle simple, c’est à dire qu’il est censé gérer ses biens seul, mais avec une aide, ainsi en a décidé un juge chargé des tutelles qui a eu connaissance de son cas et sur la foi d’un certificat médical délivré par un médecin expert (?) de Royan. Il a donc un conseil responsable devant la justice.

Il a été hospitalisé, puis renvoyé chez lui, y est resté deux semaines sans soins et sans nourriture. Réhospitalisé durant cinq mois durant lesquels il a été l’hôte de bien des services (certainement en fonction des lits disponibles). Coût de l’hospitalisation 170.000 euros.

A l’ADPP, service qui dépend du département (qui est patron du département ?) on décide qu’on ne peut rien faire sans décision du juge, celui-ci exige une expertise psychiatrique -cette fois- pour prendre une décision quand à l’avenir de M. X …  En attendant, ce sera un retour à l’hospice, le temps qu’un courrier de ROYAN à ROYAN mette quinze jours à arriver à destination, que l’on trouve une étincelle de raison dans l’esprit du pauvre hère pour lui faire accepter l’expertise, car sans son accord, rien n’est fait (ubuesque).

Faut-il presque une année pour en arriver là , à l’abandon des vieillards dépendants si chers à Sarkosy en période électorale ?  Car, n’oublions pas qu’une personne sous curatelle simple jouit de ses droits civiques, donc de son droit de vote !

  • Carence des services départementaux.

  • Incurie des services de santé.

  • Exploitation des services de santé.

Souhaitons à M. X… que sa situation se règle après les élections ……..

                                  BRAVO MONSIEUR LE PRÉSIDENT DU CONSEIL GÉNÉRAL DE CHARENTE MARITIME !

                                  CANDIDAT AU CONSEIL RÉGIONAL DE CHARENTE-POITOU  !!!!

Exploitation des services de santé.             

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Un peu de poésie, contre beaucoup de mépris… un grand corps (de l’état) malade

Posté par lapecnaude le 22 février 2010

mviecoledautrefois275529.jpgMonsieur Le Président,

Merci de lire ce message,
Un p’tit bonheur sur une page,
Une douceur… pour l’Education Nationale.

Je le confie à la toile,
La grande toile du progrès,
Afin qu’il tisse les voiles…
De la solidarité,
Et qu’il rayonne aux ondes…
De l’humanité.

Je suis Professeur des Écoles
Dans un petit village de l’Eure,
Trois cents âmes y demeurent,
Et vingt-six élèves à l’école..
Une classe, dite « unique »,
Mais cinq cours, dits multiples…

Dans cette école une chance,
Un p’tit morceau de bonheur,
Qui s’écrit avec ces trois lettres :
Employée de la Vie Scolaire.. .

Pour l’Education Nationale,
Un p’tit bonheur, c’est pas banal,
Un léger baume sur le coeur
De cette Grande Dame
Un peu… bancale !

Notre bonheur, c’est Géraldine,
En silence elle participe
A la guérison d’la Grande Dame…
Elle est… une Valeur Ajoutée
HUMAINE rentabilité,
Et c’est du bonheur… assuré !

Dès le matin, elle s’active,
C’est sur le net qu’elle s’incline
Les courriers, les notes de service,
Toutes les infos de l’inspectrice,
Et celles de l’Académie….

Mes mots notés au brouillon,
Les compte-rendus de réunion,
Tapés, imprimés, photocopiés,
Enveloppés, adressés, timbrés,
Prêts à être distribués…
Lire la suite… »

Publié dans Non classé | 4 Commentaires »

QUEL AVENIR POUR NOS RETRAITES ? (suite Agirc-Arrco-Ircantec)

Posté par lapecnaude le 11 février 2010

occitanicacouleruneboitemafiaactionnairegagnerdufricsansrienfoutremafiaaligators2.jpg             Le rapport annuel de la Cour des Comptes nous en baille une bonne :

Quel va être le sort des retraités du Conseil économique, social et eanvironnemental lorsque la bise étant venue, les fonds manqueront le plus ?

Petit historique :  Le Conseil économique, social et environnemental est la 3eme assemblée mise en place par la Constitution de 1958 avec l’Assemblée et le Sénat. Elle n’a qu’une fonction consultative, optionnelle ou obligatoire dans le cadre du processus législatif. Elle permet la représentation au niveau national des organisations professionnelles et la communication entre les différents secteurs de l’économie.

Elle n’a qu’un rôle uniquement consultatif   !

Il est composé de 163 conseillers désignés pour 5 ans par les organisations professionnelles et de 70 par le gouvernement.                                 Ils sont répartis en 9 sections : Économie générale  -  Finances  -  Affaires sociales  -  Travail  -  Relations extérieures  -  Agriculture et alimentation  – Activités productives, recherches et technologies  -  Économies régionales, aménagement du territoire  -  Cadre de vie.               Ils préparent des avis qui sont ensuite soumis au vote solennel en A.P.

Le montant de leur retraite est astronomique.    Ils sont heureux les retraités du Conseil Économique et social (le social est important). Ils sont nommés au bon vouloir du Suprême, ces 233 privilégiés bénéficient d’un régime de retraite plus que confortable, financé à     85 % par l’État. Pour y avoir droit, il leur suffit d’avoir cotisé dix ans et d’en avoir 60.

En 2008, le montant total des retraites a dépassé les 10 millions d’euros. Les dix retraités les plus gâtés perçoivent entre 7500 et 10500 euros par trimestre (mais pour cela il faut quand même être assidu), les moins aimés ou les plus défavorisés entre 351 et 872 euros.

Pour les payer, le Conseil économique puise depuis plusieurs années dans son « fonds de réserve », qui confine aux abysses. Ce qui, constate la Cour des Comptes, fait courir  » un risque budgétaire à l’État ». Un de plus nous dirait Monsieur le Premier Ministre Fillon, qui s’y connaît.

A moins que, à moins que…… l’on change de régime !  et devinez vers lequel on va se tourner    ?

Merci au charmant volatile qui me rend visite chaque semaine pour mon plus grand plaisir.

                                                                                                                                      

             

                                  

Publié dans Non classé | 2 Commentaires »

LA BURQUA ? CARNAVALESQUE !

Posté par lapecnaude le 10 février 2010

ca982d7022.jpgUNE  TEMPETE  DANS  UN  VERRE  D’EAU …..

En belgique et au Luxembourg, c’est tout simple : pas de ségrégation religieuse, mais une simple loi sur la sécurité afin que les personnes mal intentionnées, ne déjouent pas les caméras de surveillance.

Voici le texte de loi belge voté en 2005 :

Hors le temps du carnaval, nul ne peut se montrer masqué ou travesti dans les rues. Sans autorisation de l’autorité compétente, il est interdit sur le domaine public de se dissimuler le visage par des grimages, le port d’un masque ou tout autre moyen, à l’exception du « temps du carnaval« .

En France, on va créer des commissioons, on va discuter – droits de l’homme, SOS racisme, CRIF etc… pour finalement aboutir à l’autoriser sans l’autoriser, tout en l’acceptant sous certaines conditions… tout cela avec force gesticulations.

Et on se moque des Belges ?         Que sommes-nous donc ?

Publié dans Non classé | 1 Commentaire »

Le pape des escargots …..

Posté par lapecnaude le 7 janvier 2010

untitledpapedesescargots1.bmpAu hasard de mes étagères, parmi les livres entassés, mon regard est irrésistiblement attiré par cette histoire truculente, celle du « restant de la colère de dieu ». J’aime les conteurs, les récits tellement imagés de la vie d’autrefois, celles du temps de ceux que je n’ai jamais connu, mes grands-parents et arrières grands-parents.

Lui, c’est « La Gazette », nul ne se souvient de son nom, un chemineau qui va et vient en tous sens dans cette Bourgogne colorée, s’arrêtant ici et là pour donner des nouvelles en échange d’une pitance et d’un coin de paille. Il parcourt le massif morvandiau qui fleure bon les hauts vintages , Pouilly, Côtes de Beaune,Pommard, Meursault, il marche en invoquant ses ancêtres druides, mélange allègrement psaumes chrétien (qu’il a un peu corrigé, ce libertaire) avec les prédications celtes, les légendes avec l’histoire dans un savoureux langage du terroir.

Avec « le vicaire des lapins de garenne », « le chapelain des renards », « le chanoine des blaireaux » soit « le pape des escargots », c’est toute une philosophie qui s’annonce. Le suivre tentant d’éduquer son fils spirituel à la recherche d’une vérité, la sienne, nous fait revivre 10 siècles de l’histoire des Celtes (il n’est pas loin d’Alésia), des guildes, des fratries, des hanses, puis du compagnonnage de Maître Jacques et MaÎtre Basile, l’un tailleur de pierres, l’autre charpentier, d’un cathédrale à une autre.

Les méchants sont là aussi, sous les traits de « mécènes » des artistes, sorte d’escrocs qui parcourent les campagnes à la recherche de quoi satisfaire leur clientèle désabusée et ignorante du « beau savoir ». Le portrait est peu flatteur « haut comme une panouille de maïs », ils vont tenter d’exploiter son jeune prodige, vous ai-je dit qu’il était un sculpteur-inné ? La Gazette est confiant, n’a-t-il pas des siècles d’expérience, ayant été à tu et à toi avec les plus grands du Moyen-Âge ?

D’escargots, il en parle peu, de la Vouivre, çà oui, cette légende de femme terrassant des serpents lui sert de fil conducteur, comme si elle était enfouie sous la terre des vallons et des monts qu’il parcourt depuis des siècles en toute intimité. Ecolo avant l’heure, il regrette que l’autoroute coupe l’Ouche, la faisant passer dans du ciment, privant ainsi une partie des terres basses de son eau dit-il.Une grande promenade pittoresque à la rencontre des grands monuments des 12° et 13° siècles, Semur, Autun, Anzy le Duc, ces miracles de sculptures sur pierre, fruits du labeur et de la connaissance d’hommes simples comme « Bourguignon-le-Bien-Pensant ».

Qui n’a pas connu dans son pays un homme comme « La Gazette » ?  Le mien était surnommé « Bigophone », il allait sur sa mobylette, un cageot plein de coquillages  vendre sur le porte-bagage. Il était « pécheur à pied », commerçait avec les restaurateurs de la ville et s’en revenant s’arrêtait dans chaque bistrot où il avait connaissance. Il avait beaucoup de relations. Tout le monde craignait qu’il rate le virage du restaurant, sur la route qui mène à l’ile, et puis un jour c’est arrivé, on l’a retrouvé dans le canal… C’est çà la vie.

Pour tout dire, j’ai relu ce livre avec plaisir, m’évadant ainsi des « condoléances attristées pour la France » (manière de sauter sur le pauvre défunt et faire oublier les conneries en cours), sans oublier qu’on a encore eu droit … enfin mieux vaut pas le regarder. 

Publié dans Non classé | 1 Commentaire »

Les chinois, ah ! ces chinois …..

Posté par lapecnaude le 5 janvier 2010

voeux2010.jpgUne de leurs vieilles maximes et tout est dit !

Mais Bonne Année à tous  !

Publié dans Non classé | 3 Commentaires »

J’suis pas trop maligne

Posté par lapecnaude le 18 décembre 2009

8855.jpgQuand j’ai pensé ce blog, ce qui me turlupinait au premier abord, c’était le titre. Et puis en écrivant à mon frère l’idée m’est venue de signer simplement de mon surnom familial « la pecnaude ». Chouette, hurrah, n’ch’Allah, j’avais trouvé ! Je viens de m’appercevoir que c’est un nom que portent un certain nombre de mes concitoyens de la….Meurthe et Moselle, bizarre, je suis née à Nancy, en plein hiver, en pleine guerre, même que mon papa, qui attendait un fils, a fait la route de nuit de Saint Dizier à Nancy en vélo pour trouver…sa deuxième fille. Déjà que passer au travers des mailles du filet de recherche des occupants, c’était pas de la tarte, se voir doté d’une troisième femelle dans son foyer n’a pas dû lui remonter le moral. C’est peut-être pour cela qu’il m’a donné ce surnom. Paysanne ? moi ?. D’accord, je ne suis pas grande, ni blonde comme Madame de Menthon, ni Colonel de réserve de la Blanche (j’suis seulement une ex-sergent de la Bif) qui s’ébahit tout en s’ébaudissant du fait qu’un mendiant ne veuille pas lui servir de larbin pour l’énorme somme de UN euro, pensant dans l’espace neuronal que lui laissé les multiples lifting et autres botoxies que cet être avait compris « la décroissance » ! A noter au passage que cette éminente Présidente du Syndicat Ethic se vante d’avoir été une des premières à …délocaliser ses centres d’appel. Après çà vous vous étonnerez quand vous téléphonez en pleine nuit à votre hotline d’avoir des réponses assorties d’un accent sud-sud-méridional, en bas à gauche de la carte, de ne rien comprendre du tout.              

Ethic en toc va !     Pourtant, j’aime les femmes, grandes, enfin 1 mètre 65 minimum, même blondes, quoique les brunes aient plus de caractère, dorées sur tranche, et surtout MUETTES. Je ne suis pas difficile mais un peu maligne.

Extrait du petit dictionnaire de FRED :

soyérisme : (swajeRism) n.m. Tendance irritante, combinée à un usage exacerbé du verbe soyer, à penser avec sa tête que les autres ne sont pas ce qu’ils pensent ne pas être, bien au contraire.- Faut pas qu’y soillent cons ! - une blonde, ce jour même.

MERCI à tous ces beaux messieurs,  mes maîtres, de Ruminances qu’à l’occasion je n’hésiterai pas à enquiquiner pour ceci ou cela !                             

Publié dans Non classé | 5 Commentaires »

12
 

Justina Angebury |
Réservation 2010 - Furet / ... |
sac à mots |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | to be or not to be
| le blog du Dr. Drake
| doc Dilo