DE DEFICITS EN DE PROFUNDIS …

Posté par lapecnaude le 8 juin 2010

croix12.jpg  IL Y EN A 43 MAINTENANT ?

COMBIEN EN FAUDRA-T-IL ENCORE ?

COMBIEN DE MILLIARDS D’EUROS FAUDRA-T-IL DEPENSER ENCORE ?

UN PAYS EN RECESSION PEUT-IL FAIRE UNE GUERRE ?

POUR QUOI, POUR QUI FAIRE UNE GUERRE ?

5.000.000 DE CHOMEURS, CELA NE LUI SUFFIT PAS ?

VANITE, QUE NE FERAIT-ON PAS EN TON NOM !

Publié dans Non classé | 5 Commentaires »

ON SUPPRIME DES GENDARMES MAIS ON GARDE NOS ESCORTS ! …..

Posté par lapecnaude le 7 juin 2010

gardeducorps.pngLa Cour des comptes préconise de réduire les dépenses du service des « hautes personnalités ».

Les bodyguards de la République coûtent cher pour des missions pas toujours justifiées. Au moment où le gouvernement annonce une réduction du train de vie des ministres et de ses fonctionnaires, la Cour des comptes s’est penchée sur le Service de protection de ses ministres et de ses fonctionnaires. Son rapport est révélé ce lundi soir par le « Magazine < > de TF1.

Michel Charasse, ancien ministre du Budget de François Miterrand, bénéficie par exemple de l’escorte de deux gardes du corps à Puy-Guillaume, petite bourgade auvergnate de …2620 âmes. La Cour, estime quae cette protection du tout nouveau membre du Conseil constitutionnel, n’est < >. Michel Charasse facture au SPHP la location du studio lui appartenant, dans lequel sont hébergés les deux policiers. Le loyer est certes très modeste : 126 euros par mois. Mais la Cour trouve < < regrettable qu'une personnalité protégée par le SPHP ait tiré profit de la location des logements affectés à sa sécurité >>. Michel Charasse nous a fait savoir que la facturation de ce loyer lui avait été demandée par le SPHP.

Tous les anciens ministres – 9 actuellement – bénéficient également de gardes du corps à vie. Ces protections coûtent en moyenne 71 879 euros par policier et par an. Les frais de mission -repas, hôtel, transports- peuvent rapidement faire grimper la note, surtout lorsque ces personnalités voyagent à l’étranger. En 2008, les seuls déplacements de l’ancien premier ministre Dominique de Villepin ont coûté 94 562 euros.

Depuis 1 an, le SPHP -par souci d’économie- n’est plus censé accompagner les personnalités politiques, qui ne font pas partie du gouvernement. Il y a eu, cependant en 2009, quelques < > : Rachida Dati, ex-ministre de la justice, a ainsi bénéficié d’une protection d’un mois en août 2009, lors d’un séjour au Maroc, alors qu’elle avait quitté le gouvernement deux mois plus tôt. Ses trois gardes du corps et sa voiture de fonction, une Peugeot 607, ne lui ont été retirés qu’en mars dernier.Les anciens ministres de l’Intérieur peuvent également bénéficier d’une protection à vie : la Cour relève que la France est le seul pays à accorder ce dispositif,. Un service que notamment le socialiste Daniel Vaillant et Charles Pasqua ont accepté.

Lire la suite… »

Publié dans Politique | 2 Commentaires »

NE DEBLOGONS PAS ! ….

Posté par lapecnaude le 6 juin 2010

placestanilav.jpg  » Il faut sauver le soldat Ryan », sur la 2 ce soir. .. Tout un programme. J’avais lu auparavant une polémique concernant les classement Wikio des blogs … polémique stérile s’il est, à mon avis, et je me suis demandée soudain ce qui pouvait faire disparaître des blogs de notre univers, comme çà. Une suite de pseudo-conflits ? Amenés par de jeunes logorrhéiques (?) du pays de Chopin qui vitupèrent, intimident et menacent par écrit et de vive voix ?

De santé fragile (oh combien) je ne sais ce pourraient avoir de tels procèdés sur moi, en fait je craindrais plutôt les retombées sur leurs auteurs.

Mais que sont donc devenus ces blogeurs ?

Publié dans tourne-menteurs | 11 Commentaires »

NE BESSON PAS NOS PETITS BRAS !

Posté par lapecnaude le 5 juin 2010

ericbesson246.jpg  LAÏCITÉ : Système qui exclut les églises de l’exercice du pouvoir politique ou administratif et en particulier de l’enseignement.

Née sous la IIIème République lorsqu’elle triompha avec le vote des lois scolaires de Jules Ferry en mars 1882, lesquelles permirent la coupure confessionnelle avec l’enseignement jusqu’en 1914. Depuis, sous les IVème et la Vème République, on ne compte plus les tentatives de transformation et les atteintes à cette loi, particulièrement celle de 1959 accordant le soutien financier de l’Etat aux établissements privés.

Notre époque se prète à toutes les dérives confessionnelles et sectaires, car « la religion est l’opium des peuples » et il est plus facile de manipuler un électorat avec ce genre de levier qu’avec la pure raison.

En plus, nous avons la chance d’avoir un ministre laïque d’une république laïque en la personne du sieur Besson, notre ministre d’ouverture, ministre de l’immigration, de l’intégration, de l’identité nationale et du développement solidaire, mais pas des cultes, ceci étant réservé au ministre de l’intérieur, chef de la police …. Cela sonne comme un petit air de Front National tout çà, en effet, comment peut-on mener une politique migratoire d’extrême-droite et rester fidèle aux principes de la laïcité ? Eric Besson règle ce problème sans état d’âme, en bon élève des jésuites qu’il a été, il contourne,  sans éclat (pour une fois) et y renonce, faisant sien le dicton « ma main droite ignore ce que fait ma main gauche ».

Seulement voilà, il veut éduquer JUSTEMENT et bien sûr CONVERTIR. Bon d’accord, ce n’est pas un missionnaire de la foi, sinon la sienne (et quelle est-elle au fait ?. De parjure en parjure, jusqu’où ira-t-il ?). Notre ministre de l’immigration et de l’intégration s’est mis en tête de demander à l’Université publique de former les imams (musulmans, comme chacun sait). Là, on peut sourire sans retenue en apprenant que les imams qui le souhaiteraient pourraient suivre une formation « Religion, laïcité, interculturalité » dispensé par l’Institut Catholique. Mélange bien naturel puisque cette initiative est présentée comme un cours d’instruction civique entrant bien dans les responsabilités du ministre, simple extension de son « débat sur l’identité nationale ». Un cours de mise à niveau des religieux musulmans mené par des catholiques, mais financé depuis janvier 2008 par l’Etat pour apprendre à une vingtaine de galopins comment l’islam peut et doit être compatible avec la laïcité …

Une histoire de fous pour laquelle nous payons et nous allons encore payer.

Lire la suite… »

Publié dans Politique | 4 Commentaires »

EGALITE POUR LES A.C. DES DOUARS…ENFIN !

Posté par lapecnaude le 2 juin 2010

retraitesindignes.jpgIls étaient fiers, les anciens combattants des douars de la commune, droits comme des I, malgré leurs chèches et leurs burnous loqueteux et crasseux, fiers d’avoir appartenu à l’Armée Française, d’avoir fait la Campagne d’Italie, d’avoir débarqué en France, d’avoir combattu pour la libérer … Ils vont recevoir, enfin, ceux qui sont encore vivants, les mêmes pensions d’invalidité ou de retraite que les soldats français qui paradent derrière leurs drapeaux lors de fêtes nationales. Le législateur organisait la discrimination, et le juge rétablit le droit.

Ils le doivent à deux de leurs descendants, Khedidja et Mokhtar, Algériens orphelins bénéficiaires, en qualité d’orphelins, d’une pension militaire qui ont demandé au ministre de la défense de revaloriser le montant versé, lequel est bloqué depuis le 3 juillet 1962. Avec pour résultat, un delta de 1 à 10. Le ministre refuse, appliquant la loi qui interdit la revalorisation de nos anciens frères d’armes, et il a raison, mais le ministre ne fait rien pour changer cette loi inique, et là il a tort. En cause trois lois anciennes, du 3 août 1981, du 30 décembre 2002 et du 21 décembre 2006 : de la belle continuité républicaine. Khedidja et Mokhtar saisissent le tribunal administratif de Nantes, qui le 12 mars 2009, confirme le refus ministériel. Motif : la loi est sans doute faisandée, mais le tribunal doit appliquer la loi, en se bouchant le nez éventuellement.

Khedidja et Mokhtar forment le seul recours possible en la matière, et saisissent le Conseil d’État. A ce stade, c’est assez mal barré, car le Conseil d’État s’apprête à appliquer la loi douteuse. Les juges jugent tout, mais pas la conformité de la loi à la Constitution.

Mais, impromptu, vient la réforme constitutionnelle du 23 juillet 2008, qui introduit le mécanisme de la question prioritaire de constitutionnalité (QPC), désormais l’article 61-1 de la Constitution. Le mécanisme peut être enclenché si le débat sur la validité de la loi « présente un caractère sérieux ».

La réforme est applicable le 1er mars 2010, et Khedidja et Mokhtar forment aussitôt la demande au près du Conseil d’État, qui le 14 avril 2010 (n° 336753) estime la question effectivement sérieuse au regard du principe constitutionnel d’égalité, et saisit le Conseil Constitutionnel. Khedidja et Mokhtar, d’une part, l’État, d’autre part, déposent leurs mémoires le 4 mai, l’audience publique se tient le 25 mai et la décision est rendue le 28 ! Une affaire rondement menée, car le Conseil doit se prononcer dans les trois mois.

Le Conseil puise dans les textes constitutionnels, à savoir, « la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, et en particulier l’article 6 : < < La loi doit être la même pour tous, soit qu'elle protège, soit qu'elle punisse >>. Le Conseil rappelle sa jurisprudence, qui marque la limite des discriminations acceptables : < < Le principe d'égalité ne s'oppose ni a ce que le législateur règle de façon différente des situations différentes, ni à ce qu'il déroge à l'égalité pour des raisons d'intérêt général, pourvu que, dans l'un et l'autre cas, la différence de traitement qui en résulte soit en rapport direct avec l'objet de la loi qui l'établit >>. L’égalité n’est pas l’égalitarisme.

Le Conseil se penche alors sur la validité des lois de 1981 et 2002. Il commence par constater : < < En prévoyant de conditions de revalorisation différentes de celles prévues par le code des pensions civiles et militaire de retraite, elles laissent subsister une différence de traitement avec les ressortissants français résidant dans le même pays étranger >>. Et il déduit : < < Si le législateur pouvait fonder une différence de traitement sur le lieu de résidence en tenant compte des différences de pouvoir d'achat, il ne pouvait établir, au regard de l'objet de la loi, de différence selon la nationalité entre titulaires d'une pension civile ou militaire de retraite payée sur le budget de l'État et résidant dans un même pays étranger >>. Conclusion : < < lesdites dispositions législatives sont contraires au principe d'égalité >>. Et même solution pour la loi de 2002.

Lire la suite… »

Publié dans Politique | 1 Commentaire »

DEJA EN 1896 …..

Posté par lapecnaude le 24 mai 2010

lallementvelocipede.jpg   La momie de la Butte-aux-Cailles … il n’y a qu’à Paris que l’on peut associer une momie et un volatile, dans ce vieux quartier de la grande ville fait de ruelles, d’escaliers, d’échoppes sur la rue et de troquets souvent mal famés. Claude Izner, autrement dit les soeurs Liliane Korb et Laurence Lefèvre, cinéastes et écrivains, nous emmènent dans un imbroglio policier dans le milieu des bouquinistes tout en nous faisant nous côtoyer des trimardeurs, des laveuses en bateau de Seine et des sans logis avec leurs héros, un japonais libraire nommé Kenji et ses  associés et parents Victor et Joseph. On se déplaçait en fiacre, à pied, et… en vélocipède.

Le récit vaut par les descriptions des lieux, pas tout à fait les bas-fonds de la ville, des petits métiers d’alors, que ce soit vraies ou fausses aristocrates, bourgeoises ou « femme qui marche », et des cercles littéraires tout autant qu’artistiques. La Butte appartenait aux rapins pas aux rupins, alors.

Je ne vous en citerai que l’épilogue, puisque l’intrigue, ma foi, ne m’a pas vraiment passionnée. C’est un peu catalogue de la Samaritaine, mais c’est l’année 1896, cette année là :

- En 1896, la population de la planète est, selon les statistiques, de 1 milliard 480 millions d’âmes. La compétition pour le partage du monde par les grandes puissances poursuit son cours.


Un aventurier anglais, le Dr Jameson, envahit le territoire des Boers. Il est battu et fait prisonnier, « Le Petit Journal » titre :
< < L'Empereur d'Allemagne, Guillaume II a envoyé une dépêche de congratulation à M. Kruger, le Président de l'Union sud-africaine (Transvaal) qui a rossé les soldats de sa grand-mère >>
En Angleterre, c’est l’indignation. Le bruit se répand d’un conflit imminent avec l’Allemagne.
Les Italiens, déjà installés en Erythrée et en Somalie, affrontent en Abyssinie les troupes du négus Ménélik II. Ils essuient une terrible défaite à Adoua.L’Anglais Lord Herbert Kitchener se bat contre le Mahdi (en arabe : « le bien dirigé »), qui est devenu le maître de tout le Soudan.Aux Antilles, les Cubains soutiennent depuis deux ans leur lutte d’indépendance contre les forces de l’Espagne.Le Japon signe un trait avec la Russie sur la Corée qui devient un condominium, c’est à dire la propriété de deux puissances.

En Turquie, de septembre 1895 à février 1896, le nombre de victimes arméniennes s’élève à 25 000.

Djibouti entre dans la famille des colonies françaises sous le nom de Côte française des Somalis.

Le Général Galièni est fait gouverneur de Madagascar.

On lit dans « L’Illustration » qu’un électricien américain, M. Rich, à proposé l’emploi d’une torpille aérienne pour bombarder les villes. En attendant, dans l’armée française, la vitesse du pas accéléré est ramenée dans l’infanterie de 127 à 120 par minute, sa longueur restant fixée à 27 centimètres.

< < Être curieux et ne s'intéresser à rien, voilà le reportage>>, écrit Ferdinand Brunetière, le directeur de « La Revue des Deux Mondes », honni par Verlaine. Le lecteur lamda se délecte des fait divers qui émaillent la presse. Tels que :

- L’espérance de vie moyenne des médecins en 1896 est de 56 ans et 7 mois.

- Les statistiques de la Préfecture de Police annoncent que Paris compte le plus grand nombre d’étrangers, soit 181 000. Ce chiffre « inquiétant », selon « Le Petit Journal », n’est qu’une estimation : < >.

- Si en Angleterre les ice-cream vendus en plein air arrivent à contenir 7 millions de microbes par centimètre cube, en France les limonades de marque n’atteignent que le score de 1 million de microbes par centimètre cube…..

- En France, on recense 38 228 969 habitants. A Paris, ils sont 2 511 955, en Algérie 4 393 698.

- Le 11 avril, le Sénat repousse un projet d’impôt sur le revenu proposé par M. Paul Doumer, ce qui réjouit les 2 500 000 rentiers, bien plus nombreux que les 52 500 travailleurs qui mèneront 465 grèves entre janvier et décembre.

Lire la suite… »

Publié dans Lectures | 3 Commentaires »

2007 -2008 – 2009 -2010 ET IL NE « FAIT TOUJOURS PAS PRESIDENT »

Posté par lapecnaude le 23 mai 2010

plateaudesglieres4.jpg  MAIS QUE LUI MANQUE-T-IL POUR « HABITER » LA FONCTION DE PRÉSIDENT ?

Il essaie, il essaie, il fait des G8, des G20, il saute sur le moindre conflit, il téléphone à la moindre bricole à Obama, à Merkel (et le fait savoir), il visite les agriculteurs (pas les vaches hein? et pas les produits pleins de cholestérol du salon hein ?), et pire, il s’est tu, pas longtemps (çà nous a fait des vacances) et … RIEN, RIEN ne marche, ni dans les sondages, ni dans le moral des français, la dèche quoi !

A en lire et relire Jean-Luc Porquet du Canard Enchaîné, qui avec constance, depuis quatre ans nous fait le même récit, à défaut de Roche de Solutré, Sarko à choisi le plateau des Glières … çà lui cause hein?, il est comme çà, les héros, il aime, puis ceux-là, c’étaient des pure laine hein?

Voici ce qu’il nous en écrit cette semaine :

< < Quand Sarkosy est venu la première fois sur le plateau des Glières, le vendredi 4 mai 2007, l'avant-veille du second tour de l'élection présidentielle, ils n'ont rien dit : cette grossière opération électorale consistant à faire main basse sur ce haut lieu de la Résistance où 159 maquisards trouvèrent la mort après une tragique bataille contre l'armée allemande, les laissa de marbre. Quand le même homme revint sur les lieux, fit le pitre dans le cimetière de Morette, sous les yeux du général Bachelet , "faut bien s'amuser un peu" (le canard du 26.3.2008), quand, en avril dernier, au pied du monument commémoratif il se mit à causer cyclisme, golf féminin, foot, ils n'ont rien dit : c'est le Président, voyons ! Mais quand 3000 simples citoyens, un mois après sa venue, se réunissent au même endroit, alors ils s'énervent . C'est "choquant" et même "triste", a lâché le député UMP Accoyer. C'est "illégitime", s'est étranglé le général Bachelet, Président de l'Association des Glières. Et, sur l'étroite route de montagne qui grimpe jusqu'au plateau, on pouvait voir, la veille du rassemblement de ce dimanche 16 mai, des tags énervés peinturlurés par des UMP en souffrance : " Vive Sarko !".

Et au fond, ils n’ont rien compris. Car Sarkosy, la plupart des personnes venues jusque là s’en contrefichent éperdument. On en a fait le tour. On sait qu’il essaie de capter l’héritage de la Résistance pour tente de « faire président ». On sait qu’il est même allé jusqu’à prétendre s’inspirer du programme du Conseil national de la Résistance, au si beau titre « Les jours heureux », ces quelques pages foudroyantes, écrites dans la clandestinité et publiées en mars 1944, d’où sortirent la Sécurité Sociale, les retraites par répartition, les services publics, la liberté de la presse, le droit du travail, bref tout ce qui fait que ce pays reste malgré tout une exception dans le monde mondialisé. Ce qu’à bâti ce programme, il est en train de le « défaire méthodiquement » comme l’a expliqué son ami du Medef Denis Kessler. S’attaquer aux retraites tout en prétendant les sauver, par exemple. Tout çà, on le sait.

Mais c’est justement pour s’extraire de ce chantier de démolition qu’étaient là ces citoyens. Pour entendre des mots toujours jeunes des anciens résistants Walter Bassan, Stéphane Hessel, Raymond Aubrac, Odette Nilès (qui fût l’amie de Guy Môquet en prison), Léon Landini.

Et pour écouter d’autres mots,  rafraîchissants comme de l’eau froide, de simples citoyens qui ne se prennent pas pour des héros mais, à leur échelle, s’indignent, combattent et résistent. Le Docteur Poupardin racontant pourquoi à Ivry il a prescrit à ses patients en « affection longue durée » des médicaments remboursés à 100%. Le « Robin des Bois » Dominique Liot disant pourquoi ses amis et lui ont « rétabli le jus » à un jeune couple d’ébénistes. Le magistrat Serge Portelli évoquant cet « État limite » où nous sommes, « marqué par des atteintes aux libertés sans égales ». Tous l’ont dit : la Résistance ne se résume pas à des cérémonies guindées sous l’oeil des gendarmes mobiles ; ces valeurs sont toujours  vivantes et elles ne sont pas « bling-bling ».

Sur le plateau des Glières, ce dimanche, il faisait un froid de canard. On se sentait bien.

————————————————————-
RÉSISTANCE, ce n’est pas un vain mot aujourd’hui, ce ne l’était pas il y a 1 an comme vous le verrez sur la copie qui suit :

Lire la suite… »

Publié dans Politique | 7 Commentaires »

RETRAITES

Posté par lapecnaude le 17 mai 2010

RETRAITES  :  un oubli qui en dit long ….


Dans son article < < Financement des retraites : l'enjeu des cotisations patronales >>, Bernard FRIOT, professeur d’économie et de sociologie à l’université de Paris X écrivait : < < On oublie toujours, quand on raisonne sur l'avenir des retraites, que le PIB progresse d'environ 1,6% par an, en volume, et donc qu'il double, à monnaie constante, en 40 ans. C'est pourquoi nous avons pu multiplier par 4,5 les dépenses de pension depuis 1960 >>. 

Pourquoi une information aussi déterminante est-elle censurée ?

 Parce que tout simplement un petit calcul facile montrerait que ceux qui nous dirigent nous prennent pour des demeurés. En effet : si aujourd’hui 10 actifs produisent un gâteau de 100 et qu’ils ont à charge 4 retraités. C’est 14 personnes qui se partagent un gâteau de 100. Ainsi la part de chaque personne est de (100 : 14 ) soit 7,14.

=  Si, dans quarante ans, 10 actifs produisent un gâteau de 200 et qu’ils ont à charge 8 retraités. Ce seront 18 personnes qui se partageront un gâteau de 200. Ainsi la part de chaque personne sera de (200 : 18 ) soit 11,1.

C’est limpide ! Il sera donc possible de financer des retraites au même niveau qu’avant leurs réformes à remonter le temps. De plus, la part de gâteau restante pour l’investissement et l’élévation du niveau de vie sera bien plus importante en 2040 (en monnaie constante).

Lire la suite… »

Publié dans Politique | 4 Commentaires »

ALAIN MINC – UN JIMINI CRICKET DE L’ELYSEE

Posté par lapecnaude le 15 mai 2010

jiminicricket2.jpg    D’abord, c’est quoi un Conseiller auprès du Président ?

C’est une personne choisie pour ses qualités ou défauts, ses connaissances nécessaires à apporter au Président les idées, les conseils avisés ou non lorsque celui-ci en éprouve le besoin.

Il soulage ainsi son patron des préoccupations qui occulteraient le temps de cerveau nécessaire à l’élaboration  des manoeuvres lumineuses de gouvernance qu’il lui arrive d’avoir.

Il ne faut pas dire qu’il est la conscience du Président, seul le Président a la conscience de ce qu’il fait.

Le nombre de conseillers est fonction des besoins et des désirs du Président. Non que le cerveau du Président soit trop petit et ai besoin de beaucoup d’aide, mais le nombre de ses idées fulgurantes, semblables à des éclairs, sont si nombreuses qu’elles nécessitent un suivi trop astreignant pour un seul homme.

Conjointement aux idées du Président, il est recommandé à ces conseillers d’avoir aussi des « imaginations » et de les susurrer discrètement à l’oreille de celui-ci, lui permettant ainsi de les ajouter aux siennes, il n’y en a jamais assez, parfois il y en a même une qui marche. C’est donc une fonction de « cerveau-annexe-spécialisé-dans-une-matière », seul le Président étant capable d’avoir la spécialisation dans TOUS les domaines.

Monsieur Alain MINC est un ceux là , a 70 ans on est encore jeune quand on vit de la Finance, le métier n’étant pas de ceux qui contraignent physiquement le corps, issus de l’École des Mines, puis ENA (promotion Blum !!) et inspection des Finances. Par la suite grand spécialiste des jetons de présence dans les conseils d’administration de grandes sociétés, actif chez SUEZ, VINCI (!) pour finir par venir se divertir dans le télévisuel. Il serait l’initiateur de la suppression de publicité sur les chaînes publiques aux heures de grande écoute (par l’intermédiaire du creux de l’oreille de vous savez qui ). Ce qui ne l’empêche pas, en parallèle d’être tout à ses diverses tractations et manoeuvres pour racheter à l’État la Régie Publicitaire de la Télévision avec son ami et associé R.COURBIS (il est très versé dans l’art des vases communicants).

Comme tous les hommes d’un âge avancé, il lui vient des lumières, lui qui n’en manque surtout pas, que ce soit sur le sexisme, les jeunes et les banlieues, les femmes voilées, les immigrés, il est progressiste avant tout, même au sujet du statut des vrais improductifs, < >, lui qui a 70 ans ne se sent pas encore hors d’âge, tant il est vrai que l’art de la magouille conserve. Il parle des personnes <
> pour être considérées, à égalité de toute autre, comme partie prenante de la solidarité nationale.

C’est un luxe, dit-il, qu’un homme de 102 ans bénéficie de 15 jours d’hospitalisation en service de pointe. C’est un « cadeau » qui lui est fait, à lui personnellement. Il parle alors de son propre père. Que n’a-t-il pas mieux conseillé son employeur lors de la réforme de la Santé Publique !

Lire la suite… »

Publié dans Politique | 11 Commentaires »

APRES LE LUNDI NOIR – LES LUNDIS DE BESSON !!!!!!

Posté par lapecnaude le 10 mai 2010

apf1273244209.jpg    Après le fiasco lamentable de sa consultation nationale sur « l’identité nationale », qui rappelons le n’a débouché que sur un défoulement largement autorisé et souhaité de tout ce que le pays pouvait compter comme xénophobes, homophobes, sexistes, racistes et pourquoi pas fascistes. Tous genres d’individus faits pour complaire à l’esprit tortueux de l’individu Besson.

Il fallait donc lui trouver une occupation en rapport avec ses capacités de nuisance, ce qui ne se trouve pas dans un quelconque placard, et qui, en plus, devait satisfaire son égo, qu’il a fort grand. Une scène où il pourrait satisfaire son besoin d’épancher ses idées bilieuses … en France, pays de « la parlange à tous vents » cela devait bien pouvoir se créer.

On a donc créé les « lundis républicains ». Lundi, jour de catastrophe et républicain parce qu’il fallait bien qu’il se drape dans un voile respectueux pour ne pas perdre la face une nouvelle fois.
Cependant, on prit soin de quelques garanties.

Il lui fallait un public  » à sa botte », choisit pour ne pas être virulent, composé d’intellectuels, de sociologues, d’universitaires, de chercheurs, de représentants d’associations diverses et des cultes, de membres de la HALDE, du Haut Conseil à l’Intégration, de l’Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides, qu’importe qui ce fussent, les responsables des photocopieurs ou les directeurs, les sigles étaient là.

Et des intervenants complaisants, dont le moindre ne pouvait être qu’un ancien Ministre de l’Éducation Nationale, fort connu comme philosophe ainsi qu’un journaliste très féru sur la vie des lançons dans la baie de Fécamp.

Tous censés travailler à l’intégration et à l’égalité de tous.

Lire la suite… »

Publié dans Politique | 1 Commentaire »

1...34567...10
 

Justina Angebury |
Réservation 2010 - Furet / ... |
sac à mots |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | to be or not to be
| le blog du Dr. Drake
| doc Dilo